Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale

Tout sur la gastronomie, l'histoire, l'actualité, les voyages en Europe Centrale et en Europe Orientale.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sulukule ou les derniers jours des Roms de Constantinople

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
caroslo
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 378
Localisation : SLOVAQUIE-retour en France !
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Sulukule ou les derniers jours des Roms de Constantinople   09.10.06 10:53

samedi 7 octobre 2006, Stéphane/armenews.com




Dans la hiérarchie du peuple rom d’Istanbul, les habitants de Sulukule sont, en dépit de leur misère, des rois. Leurs musiciens infatigables, leurs danseuses dénudées ont enflammé 1.000 ans durant les nuits de la métropole.
Ils luttent aujourd’hui pour la survie de leur culture, menacée par la démolition programmée de leur quartier.

En lieu et place des branlantes masures agglutinées le long de la muraille byzantine qui enserre la ville historique, sur la rive européenne du Bosphore, la mairie de l’arrondissement de Fatih, dont dépend Sulukule, a prévu de construire de coquets immeubles lambrissés de "style ottoman".

Les travaux doivent débuter d’ici la fin de l’année, après l’expropriation d’environ 3.500 personnes, dont la quasi-totalité des quelque 1.300 Roms du quartier.

"C’est le projet le plus social que j’aie jamais vu", déclare le maire Mustafa Demir, interrogé par l’AFP. "Les anciens propriétaires vont nous vendre leurs maisons, et après ils pourront emménager dans les nouveaux appartements en nous remboursant la différence sur 15 ans".
L’édile ne cache pas sa satisfaction de voir disparaître "des cabanes même pas bonnes pour stocker le charbon" où s’entassent les familles roms.

Pour les intéressés cependant, l’opération immobilière signifie clairement la fin de la présence rom dans le quartier.

"Si on s’endette, avec quel argent on va rembourser ? Tu le vois, le gars là-bas ? Il n’ose pas rentrer dans la rue parce qu’il me doit 7 livres turques (3,75 euros, 4,75 dollars)", commente Levent Demirbas, un chômeur de 19 ans.

"L’objectif, c’est de permettre aux riches de s’installer ici", affirme Sükrü Pündük, qui se débat avec son association de riverains pour alerter l’opinion publique et éviter la dislocation de la communauté, déjà victime d’une lente déchéance.

Le joueur de darbouka (tambourin) raconte le séisme de 1960, qui a conduit à la démolition de nombreuses maisons devenues insalubres, puis la fermeture par les autorités conservatrices, dans les années 1990, des maisons de divertissement qui avaient fait la gloire de Sulukule.

"Les gens ici vivaient de la musique et de la fête, nous étions les Roms les plus chics de Turquie (...), maintenant nous ne gagnons plus rien, on lit à la bougie", explique-t-il.

Amateurs de musique rom, d’alcool ou de danse du ventre, des générations de stambouliotes se sont succédées dans les petites baraques en bois de Sulukule, immortalisées dans le film "Bons Baisers de Russie" (1963).

En Turquie, dans la tradition des familles de musiciens tsiganes, à la naissance, si l’enfant est une fille on met une cymbale dans le lit pour qu’elle devienne danseuse. Mais on ne met rien dans celui du garçon car il est évident qu’il deviendra musicien...


Pour le chercheur britannique Adrian Marsh, ce ne sont pas seulement des traditions pittoresques qui risquent d’être sacrifiées sur l’autel de la rénovation urbaine -qui a déjà mis à bas nombre de bidonvilles stambouliotes- mais aussi le plus ancien site connu d’implantation Rom dans le monde.

Dès 1054, la présence de mystérieux "Egyptiens", qui vivent dans des tentes noires à Sulukule, pratiquent la divination, la danse du ventre et le dressage d’ours est évoqué par un clerc byzantin, explique le jeune homme, qui achève une thèse sur les Roms de Turquie.

"Il s’agit, pour autant qu’on sache, de la plus vieille communauté Rom au monde", qu’on retrouvera à partir du 15e siècle faisant les délices de la cour des sultans ottomans, ajoute-t-il.

"La démolition de Sulukule, ce n’est pas la démolition de n’importe quel bidonville gitan, habituelle en Turquie et dans toute l’Europe", prévient Marsh. "C’est l’éradication de la mémoire d’une communauté".
Revenir en haut Aller en bas
Leelou
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 629
Date d'inscription : 28/09/2005

MessageSujet: Re: Sulukule ou les derniers jours des Roms de Constantinople   09.10.06 17:35

x


Dernière édition par Leelou le 24.06.15 14:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
faj
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 346
Age : 42
Localisation : Brüksel
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: Sulukule ou les derniers jours des Roms de Constantinople   10.10.06 9:41

Halte aux envahisseurs No
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/fajarowicz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sulukule ou les derniers jours des Roms de Constantinople   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sulukule ou les derniers jours des Roms de Constantinople
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DERNIERS JOURS DU PROPHETE -partie 2-
» LES DERNIERS JOURS DU PROPHETE -partie1-
» Une constatation de température de ces derniers jours
» ECLOSION : les derniers jours
» Une nouvelle compagnie de croisière vient de voir le jour!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale :: Tziganes du monde-
Sauter vers: