Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale

Tout sur la gastronomie, l'histoire, l'actualité, les voyages en Europe Centrale et en Europe Orientale.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 2ème nuit de violence à Budapest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pipacs
Admin
Admin


Nombre de messages : 1523
Date d'inscription : 20/09/2005

MessageSujet: 2ème nuit de violence à Budapest   20.09.06 12:46




Arrow Vidéo en français

La capitale hongroise a été secouée par une deuxième nuit de violences, avec 57 blessés et une centaine d'interpellations, des centaines de manifestants exigeant la démission du Premier ministre Ferenc Gyurcsany qui a admis des mensonges pour faire passer des réformes.

Arborant des drapeaux hongrois, les manifestants ont scandé "menteur ! menteur ! tu as déconné !", reprenant les propres termes de M. Gyurcsany.

Les affrontements de cette nuit entre la police et des centaines de manifestants hostiles au Premier ministre ont fait 57 blessés et donné lieu à 98 interpellations. Les manifestants ont lancé toutes sortes de projectiles vers les forces de l'ordre, mis le feu à une voiture de police et à de nombreuses poubelles. Des centaines de policiers anti-émeutes, certains à cheval, d'autres avec des chiens de combat, ont usé de gaz lacrymogènes et de canons à eau pour disperser la foule, essentiellement composée de jeunes parfois cagoulés. Les casseurs s'étaient rassemblés près du siège du parti socialiste à Budapest, à l'issue d'une manifestation pacifique qui a rassemblé environ 10.000 personnes hier soir devant le siège du parlement.

Arborant des drapeaux hongrois, les manifestants ont scandé "menteur ! menteur ! tu as déconné !", reprenant les propres termes de M. Gyurcsany.

Viktor Orban, le président du principal parti d'opposition, Fidesz (droite), a lancé au chef du gouvernement une sorte d'ultimatum, réclamant son départ si le Parti socialiste perdait les élections municipales du 1er octobre. "Si au 1er octobre, il s'avère que les Hongrois rejettent le mensonge et le projet [de réformes économiques de Gyurcsany], les socialistes devront faire partir le premier ministre", a-t-il déclaré. Dans les derniers sondages, les socialistes sont crédités de 23 % seulement des intentions de vote, contre 34 % pour le Fidesz.

Face à la gravité de la situation, les députés hongrois ont voté à la quasi-unanimité un texte condamnant les violences et appelant au calme, proposé par les cinq partis représentés au Parlement. Le commissaire européen et ex-ministre des affaires étrangères hongrois Laszlo Kovacs a également appelé au retour au calme depuis Bruxelles, estimant qu'il était "dans l'intérêt du peuple hongrois, mais aussi de toute la communauté européenne, que la situation soit stabilisée le plus vite possible".


"Le désordre dans la rue ne saurait prévaloir, et j'ai demandé à la police de rétablir l'ordre par tous les moyens", a averti M. Gyurcsany. Il a indiqué tirer de ces violences "la conclusion qu'il faut poursuivre et accélérer les réformes" impopulaires engagées par son gouvernement depuis sa réélection au printemps.

Une grande manifestation étudiante est prévue jeudi, qui pourrait attirer 10 000 participants, mais ses organisateurs craignent qu'elle soit instrumentalisée et détournée de son sens par des groupuscules d'extrême droite. Le Fidesz réclame la démission du chef du gouvernement, seul remède à ses yeux à la "crise morale" dont il est à l'origine. Le Forum démocratique hongrois, une plus petite formation de l'opposition, estime aussi que "le Premier ministre devrait abandonner la vie publique", selon l'expression de sa dirigeante

Bobita
qui est sur place, en parle également dans ce Arrow Sujet :

"..maintenant les policiers ont attaque les hoolignas qui se sont reunis a Koztarsasag ter (place ou le maison de MSZP se trouve) les hooligans donc commance a battre (avec des baguettes metals) meme les uns qui voulaient pas participer dans la violance.
En gros Gyurcsany veut rester et Orban demande tout le monde de venir a protester le 23 Septembre...et aussi il demande q on vienne tout le soirs a Kossuth ter pour montrer q on veux des changement (selon, a la mode d un VRAI democracie..) a suivre si j arrive a dormir...
et avnt oublier il y avait des demonstration dans plusieurs villes: Szeged 3000, Miskolc 1000, Vasarosnameny, Tata, Pecs, etc.
Et un autre demonstration aura lieu le 21 Septembre, organise par les etudiants universitaire (ils l ont annonce il y a plusieurs semains).
Ces heureus la il y avait du monde a cote de la Radio, aussi. (meme qui a ete occupe en 1956)"

Jeudi soir 21 septembre, une manifestation étudiante est prévue de 17 à 18 h où 10 000 personnes sont attendues pour protester contre l'instauration de frais de scolarité.





Pipacs

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
2ème nuit de violence à Budapest
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» table de nuit en frêne
» Baisse de température la nuit
» Peut on éteindre le bac pour une nuit?
» photos de la tempête de cette nuit !!!
» La ville de LYON la nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale :: Economie et actualités-
Sauter vers: