Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale

Tout sur la gastronomie, l'histoire, l'actualité, les voyages en Europe Centrale et en Europe Orientale.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Législatives au Monténégro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
caroslo
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 378
Localisation : SLOVAQUIE-retour en France !
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Législatives au Monténégro   23.08.06 11:04

Agence France-Presse 22 aout 2006

PODGORICA


Plus de 700 candidats répartis au sein de six coalitions, cinq partis et d'une liste indépendante, se présenteront aux élections législatives le 10 septembre au Monténégro, les premières depuis l'indépendance du pays, a annoncé la Commission électorale mardi à Podgorica.

Quelque 480.000 électeurs devront élire 81 députés parmi 747 candidats en tout, au lieu des 75 que compte actuellement le parlement, a précisé à la presse Branislav Radulovic, président de la Commission électorale.

Les principaux favoris de cette consultation sont: la Coalition pour un Monténégro européen, de l'actuel Premier ministre Milo Djukanovic et une coalition de trois partis d'opposition dominée par le Parti socialiste populaire (SNP) de Predrag Bulatovic.


Ces deux formations étaient déjà opposées lors du référendum d'indépendance le 21 mai, le bloc de M. Bulatovic s'y étant employé pour le maintien d'un Etat commun avec la Serbie.

Le Monténégro a proclamé le 3 juin dernier son indépendance après un référendum en mai au cours duquel les Monténégrins ont voté en faveur de la séparation d'avec la Serbie.
Revenir en haut Aller en bas
caroslo
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 378
Localisation : SLOVAQUIE-retour en France !
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Législatives au Monténégro   05.09.06 0:06

Élections au Monténégro le 10 septembre : une suite du référendum
Traduit par Persa Aligrudic
Publié dans la presse : 30 août 2006
Mise en ligne : dimanche 3 septembre 2006
Sur la Toile Le courrier des balkans

Le DPS de Milo Djukanovic devrait remporter une large victoire lors des élections générales du 10 septembre, les premières depuis l’indépendance. Des voix critiques s’élèvent pourtant pour contester la nomination du président de la Commission électorale de la République douteuse. Et les médias dénoncent l’interdiction qui leur est faite de diffuser immédiatement les résultats du scrutin...

Par Veseljko Koprivica

La campagne pour les élections générales du 10 septembre n’est rien d’autre qu’une suite de la campagne référendaire, dans laquelle les partis se sont engagés avec moins d’émotions et moins de moyens financiers, estime le Centre de monitoring (CEMI), une organisation non gouvernementale d’observation des élections. La plupart des partis ont pris la décision de faire une campagne de porte à porte, à l’exception de la Coalition pour le Monténégro européen, de la Liste serbe et du Mouvement pour les changements, qui ont commencé leurs campagnes par des rassemblements d’assez faible envergure. Le CEMI pense que le cours actuel de la campagne peut être défini comme étant « démocratique et tolérant, avec de rares critiques pour quelques individus dont les discours vont dans le sens d’une campagne négative ».


Nomination contestée à la tête de la commission électorale


La Cour constitutionnelle a rejeté à l’unanimité, en se déclarant incompétente, la proposition du Réseau pour l’affirmation du secteur non gouvernemental (MANS), qui contestait la constitutionalité et la légalité de la décision du Parlement monténégrin de désigner Branislav Radulovic à la fonction de président de la Commission électorale de la République (RIK).

Le 31 juillet dernier, le MANS avait demandé à la Cour constitutionnelle du Monténégro d’estimer la constitutionalité de la nomination de Branislav Radulovic, actuellement président du tribunal administratif, à la tête de la RIK.

À cet effet, le MANS s’est référé à la Constitution, qui stipule qu’un fonctionnaire des organes publics, un magistrat ou un procureur de l’État ne peuvent pas exercer une autre fonction publique, ni une autre activité publique professionnelle.


Pas de résultats dans les 3 heures qui suivent la clôture des bureaux de vote ?


La Cour constitutionnelle devait aussi examiner le 1er septembre la proposition du CEMI visant à estimer la constitutionalité de la clause de la loi sur l’élection des conseillers municipaux et des députés, qui prévoit l’interdiction de publier toute information sur les résultats du scrutin trois heures après la clôture des bureaux de vote.

Cette organisation non gouvernementale considère que cette restriction est en désaccord avec l’article 35 de la Constitution du Monténégro, qui stipule « la garantie de la liberté de la presse et des autres formes d’informations publiques ». « Le principe d’interdiction et de censure de la presse et des autres formes d’informations publiques est enfreint, en raison des restrictions imposées par la loi, conformément à l’article 37 de la Constitution », estime le CEMI. « Dans ce cas, on ne comprend pas qui pourrait mettre en danger, après l’évaluation des résultats du scrutin, la sécurité de l’Etat et l’ordre public », constate le CEMI.

En raison de cette clause, l’Association des médias électroniques indépendants (ANEM) a lancé un appel à tous les médias électroniques au Monténégro à ne pas tenir compte de cette interdiction, en indiquant qu’il est absurde de prétendre que n’importe qui peut informer les électeurs des résultats du scrutin à l’exception des médias.


Le Mouvement pour les changements et les horaires de travail


Pendant la campagne électorale, les partis promettent beaucoup de choses. Pour le moment, la proposition la plus originale provient du Groupe pour les changements (PZP) de Nebojsa Medojevic. En effet, ce Mouvement a annoncé qu’il s’engageait à ce que les horaires de travail des institutions publiques soient de nouveau fixés de 7 à 15 heures.

« Outre le fait que les salaires des employés dans les organes d’administration sont bas, les horaires de travail fixés de 9 à 17 heures, suite à une décision du gouvernement qui a négligé les intérêts généraux, ont mis les employés dans la situation où ils ne sont pas en mesure de s’adonner à une occupation pouvant leur apporter des gains dans l’après midi, ou bien de se consacrer à leurs enfants ou à d’autres engagements », est-il indiqué dans le communiqué du PZP. Il est aussi souligné que les horaires de 7 à 15 heures conviennent mieux au Monténégro, en raison des canicules et des services de transport utilisés par les habitants des régions rurales.

« Sans aucune raison, tous ces avantages ont été négligés, ce qui prive les gens de la possibilité d’organiser plus efficacement leur temps libre », explique le Mouvement pour les changements.


Sondages : DPS-SDP près de la majorité absolue


Selon un sondage mené par le CEDEM du 20 au 26 août, auprès de 1003 personnes vivant dans neuf communes différentes du Monténégro, le DPS du Premier ministre Milo Djukanovic et son allié le SDP vont au-devant d’une large victoire.

La coalition DPS-SDP obtiendrait 45,1% des suffrages exprimés, la coalition SNP-NS-DSS 18,8%, le Mouvement pour les changements 16,2%, la Liste serbe 11,1% et l’Alliance Parti libéral-Parti boshniaque 6,5%. Les autres formations obtiendraient moins de 2% des suffrages.
Revenir en haut Aller en bas
Alalalalexandra
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 497
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: Législatives au Monténégro   07.09.06 14:13

ELECTIONS LEGISLATIVES AU MONTENEGRO
10 Septembre 2006

Le Monténégro, qui est devenu un Etat indépendant le 3 juin dernier, tiendra ses prochaines élections législatives le 10 septembre prochain. Ce même jour auront lieu également des élections locales dans treize des vingt et une municipalités que compte le pays (Andrijevica, Bar, Berane, Bjelo, Polje, Danilovgrad, Kolasin, Plav, Pluzine, Pljevlja, Rozaje, Ulcinj et Savnik). La capitale Podgorica et les villes de Golubocvi et Tuzi éliront également leur assemblées locales et leurs maires.
Le Président de la République, Filip Vujanovic (Union démocratique des socialistes, DPS), est passé outre les critiques des formations de l’opposition qui auraient souhaité que le scrutin se tienne plus tardivement dans le courant du mois de septembre, voire début octobre. Predrag Bulatovic (Parti socialiste populaire, SNP), avait déclaré que les formations politiques ne pourraient pas être prêtes avant le 24 septembre. Les partis d’opposition déplorent également le manque de moyens financiers ; Branislav Radulovic, président de la Commission électorale du Monténégro, a récemment annoncé qu’environ un million d’euro manquait pour organiser le scrutin.

Le système politique monténégrin

Le 21 mai dernier, les Monténégrins ont voté à 55,5% en faveur de l’indépendance de leur Etat, 44,5% des électeurs s’étant prononcés en faveur du maintien de l’union de leur pays avec la Serbie. Le résultat remplissait les deux conditions imposées par l’Union européenne pour que la consultation populaire soit valide, à savoir une participation d’au moins 50% des inscrits et un résultat rassemblant au moins 55% des votants. La participation s’est en effet élevée à 86,6%, soit le taux le plus élevé enregistré au Monténégro depuis que ce pays organise des élections libres et démocratiques.

L’Union démocratique des socialistes (DPS) du Premier ministre Milo Djukanovic et l’Union démocratique albanaise (DUA-UDSh) étaient favorables à l’indépendance tandis que le Parti socialiste populaire (SNP), le Parti populaire (NS), le Parti démocrate serbe (DSS) et le Parti populaire serbe (SNS) s’étaient prononcés pour le maintien de l’union avec la Serbie.

Uni à la Serbie depuis le 14 mars 2002 dans l’Etat de Serbie et Monténégro, qui avait remplacé la défunte République fédérale de Yougoslavie, le Monténégro possédait cependant dès avant son indépendance sa propre organisation politique et administrative. Son Parlement actuel possède 74 députés élus pour un mandat de quatre ans.

Actuellement, neuf formations politiques sont représentées au Parlement :

- l’Union démocratique des socialistes (DPS), formation du Premier ministre Milo Djukanovic, compte 30 sièges ;

- le Parti social-démocrate (SDP), dirigé par Ranko Krivokapic et allié à l’Union démocratique des socialistes, possède 5 élus ;

- le Parti civique, autre allié de la formation majoritaire, compte un député ;

- le Parti socialiste populaire (SNP), dirigé par Predrag Bulatovic, est la principale formation d’opposition avec 19 sièges ;

- le Parti populaire serbe (SNS), dont le leader est Andrija Mandic, possède 6 députés ;

- le Parti populaire (NS), dirigé par Predrag Popovic, compte 5 élus ;

- l’Alliance libérale (LSCG), dont le leader est Vesna Perovic, possède 4 députés ;

- l’Union démocratique albanaise (DUA-UDSh), un élu ;

- la Ligue démocratique du Monténégro, un député également.

Le code électoral stipulant qu’un député doit être élu par six mille électeurs, en conséquence, le nouveau Parlement monténégrin comptera 81 membres au lieu de 74 actuellement. La première tâche du nouveau Parlement sera d’adopter une nouvelle Constitution.

Le Monténégro, dominé depuis plus de dix ans par l’Union démocratique des socialistes, formation de Milo Djukanovic, Premier ministre depuis le 8 janvier 2003, a, à sa tête, Filip Vujanovic, ancien Premier ministre (1998-2002), élu Président de la République le 11 mai 2003.

La campagne électorale
Au fur et à mesure que se rapproche la date des élections législatives, les alliances électorales éclosent et de nouvelles formations voient le jour. Le 15 juillet dernier à Cetinje, Nebojsa Medojevic, président de l’organisation non gouvernementale Mouvement pour un changement, a modifié les statuts de son mouvement pour en faire un parti politique sous le nom de Mouvement pour le changement (GZP). La nouvelle formation, qui se présentera aux élections locales dans dix municipalités, souhaite voir s’établir un gouvernement d’experts qui serait chargé de revoir le processus des privatisations et d’adopter une nouvelle Constitution. Le parti ne s’inscrit pas uniquement dans l’opposition au gouvernement actuel mais dans un rejet de l’actuel système basé, selon lui, sur des fondations instables et défectueuses, la corruption, le vol et l’ignorance. Selon le nouveau parti, les prochaines élections législatives sont la dernière chance de sauver l’Etat et la population.

Predrag Drecun, ancien ministre du travail et des Affaires sociales, est devenu président du nouveau Parti démocratique du Monténégro (DS). Cette formation, qui souhaite établir des relations privilégiées avec les pays voisins, met l’accent sur les problèmes économiques du pays et les divisions existant au sein de la population. « Le gouvernement et l’opposition souhaitent que rien ne change, préservant ainsi les divisions actuelles alors qu’avec ces divisions, aucun progrès économique n’est possible. Nous allons tenter de réconcilier les Monténégrins car seul un Monténégro civique et tolérant est un concept durable » a déclaré Predrag Drecun affirmant que son nouveau parti se situait à droite sur l’échiquier politique. La formation, qui se présentera alliée à la Ligue du Nord dirigée par Smajo Sabotic aux élections législatives du 10 septembre prochain, pense pouvoir obtenir des sièges aux élections locales dans les villes de Berane, Kolasin et dans la capitale Podgorica.

Enfin, Dragan Hadjukovic, ancien candidat à l’élection présidentielle, a fondé, fin juillet, le Parti vert, une formation qui souhaite supprimer l’armée nationale et interdire la présence de troupes militaires étrangères sur le territoire monténégrin.

Le Parti socialiste populaire, le Parti populaire et le Parti démocrate (DSS) de Ranko Kadic ont décidé de s’unir dans une coalition pour les élections législatives du 10 septembre. De son côté, le Parti populaire serbe d’Andrija Mandic a choisi de s’allier avec le Parti radical serbe (SRS) de Tomislav Nikolic, candidat malheureux à la dernière élection présidentielle de Serbie le 27 juin 2004 contre Boris Tadic, et avec le Parti démocratique de l’unité (DSJ), récemment fondé par Zoran Zizic, ancien Premier ministre de Yougoslavie après la chute de Slobodan Milosevic (2000-2001) et ancien leader du Mouvement pour le maintien de l’Union de Serbie et Monténégro. L’accord, signé le 7 août dernier, réunit le Parti populaire socialiste (NSS) de Novo Vujosevic, le Conseil national serbe (SNV) dirigé par Momcilo Vuksanovic et l’Alternative académique de Vojin Grubac. La formation présentera des candidats dans les villes de Zabljak, Berane, Bjelo, Polje, Pljevlja, Bar et Podgorica. « Nous souhaitions que l’ensemble des formations unionistes soient sur la même liste mais le Parti socialiste populaire a choisi une autre voie » a déclaré Zoran Zizic. « Une longue lutte pour l’essence serbe nous attend au Monténégro » a déclaré Tomislav Nikolic, ajoutant qu’il comptait utiliser le scrutin pour attirer l’attention sur « toutes les erreurs faites par les autorités monténégrines et les conséquences tragiques de la séparation de la Serbie et du Monténégro ». Les membres du Parti populaire serbe représenteront 40% des dix premiers candidats de cette Liste serbe.

Enfin, le Parti libéral (LP) dirigé par Miodrag Zivkovic a formé une coalition avec le Parti bosniaque (BS) d’Esef Husic et le Forum de Budva, ville située sur la côte Adriatique.

Côté gouvernement, l’Union démocratique des socialistes présente une coalition avec le Parti social-démocrate et a conclu un accord avec la Coalition bosniaque et l’Initiative civique croate (HGI), une alliance de partis qui soutient les valeurs européennes et l’avancée de la démocratie et des réformes économiques pour faciliter l’intégration du Monténégro dans les structures euro-atlantiques. A un peu moins d’un mois du scrutin, le Premier ministre Milo Djukanovic se dit confiant quant à la victoire de ses troupes. « Je suis optimiste. Je pense que la coalition Union démocratique des socialistes-Parti social-démocrate s’imposera et recevra le soutien populaire qui lui permettra de former le prochain gouvernement » a t-il déclaré, affirmant que « les citoyens monténégrins étaient politiquement raisonnables et qu’ils soutiendraient ceux qui les avaient su les conduire là où ils étaient ».

L’Union démocratique des socialistes a également conclu un accord avec l’Union démocratique albanaise (DUA-UDSh) pour les élections locales dans les communes de Ulcinj, Tuzi, Plav et Rozaje où vivent de nombreux albanophones.

En juillet dernier, Predrag Bulatovic, le leader du Parti socialiste populaire, s’est déclaré prêt à participer à un dialogue constructif et à travailler à l’élaboration de la nouvelle Constitution. « Le Parti socialiste populaire maintient son idée que les changements doivent être l’aboutissement d’un dialogue entre tous les Monténégrins et faire l’objet du plus large des consensus » a-t-il souligné. Il a admis que le référendum sur l’indépendance avait préservé la sécurité du pays mais également produit de nouvelles divisions entre les Monténégrins. « Cela doit amener les formations politiques favorables à l’adhésion du Monténégro à l’Union européenne à travailler à la réconciliation » a déclaré Predrag Bulatovic. Le Parti socialiste populaire a déclaré, le 31 juillet, qu’il ne tiendrait pas de grands meetings durant la campagne législative mais qu’il optait pour une campagne de porte-à-porte. Principale force d’opposition, le Parti socialiste populaire fait campagne pour la construction d’un Etat de droit démocratique au Monténégro, l’intégration du pays à l’Union européenne constituant son principal thème de campagne. Une priorité qu’il partage d’ailleurs avec la formation au pouvoir, l’Union démocratique des socialistes.

« L’Europe attend le Monténégro. Le gouvernement et l’opposition sont focalisés sur l’appartenance à l’Union. Ceci peut-il faire que gouvernement et opposition coopèrent au Parlement ? Peut-on aller jusqu’à envisager une coopération au niveau gouvernemental ? Pourquoi pas ? » s’est interrogé, fin juillet, le Premier ministre Milo Djukanovic. Le Parti socialiste populaire a cependant infirmé toute possibilité d’alliance gouvernementale post-électorale avec l’Union démocratique des socialistes de l’actuel Premier ministre Milo Djukanovic.

Selon la dernière enquête d’opinion réalisée du 24 au 29 juin derniers par le Center for monitoring opinion poll agency (CEDEM), l’Union démocratique des socialistes reste de loin la formation la plus populaire, recueillant 38,5% d’opinions positives. Le Parti socialiste populaire obtient 8,2% et le Parti populaire serbe, 9,1%. Par ailleurs, dans ce même sondage, 37,4% des personnes interrogées se déclarent « très satisfaites » ou « plutôt satisfaites » du gouvernement de Milo Djukanovic, contre 43,6% qui sont d’un avis contraire. Selon les dernières enquêtes d’opinion, un Monténégrin sur trois (29,5%) s’apprêterait à voter en faveur de l’Union démocratique des socialistes lors des élections législatives du 10 septembre prochain ; en revanche, son partenaire au sein de la coalition gouvernementale, le Parti social-démocrate, ne devrait pas atteindre les 3% indispensables pour être représenté au Parlement. La campagne officielle s’est ouverte le 12 juillet dernier et se clôturera le 8 septembre prochain.

Corinne Deloy


Rappel des résultats des élections législatives du 20 octobre 2002
participation 77,2%

Formations politiques Nombre de sièges obtenus
Union démocratique des socialistes (DPS) = 30
Parti social-démocrate (SDP) = 5
Parti civique = 1
Parti socialiste populaire (SNP) = 19
Parti populaire serbe (SNS) = 6
Parti populaire (NS) = 5
Alliance libérale (LSCG) = 4
Union démocratique albanaise (DUA-UDSh) = 1
Ligue démocratique du Monténégro = 1
Indépendants = 2

Source : CESID (Centre pour les élections et la démocratie)


Fondation Robert Schuman
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Législatives au Monténégro   Aujourd'hui à 4:08

Revenir en haut Aller en bas
 
Législatives au Monténégro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HELP montée de nitrites !!!!
» Recherche irish cob monté et attelé (TROUVE)
» à quel age peux ont monté notre poulain ??
» Vends âne monté et attelé
» Mue, montée hormonale ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale :: Economie et actualités-
Sauter vers: