Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale

Tout sur la gastronomie, l'histoire, l'actualité, les voyages en Europe Centrale et en Europe Orientale.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Il y a 11 ans, Srebrenica

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
caroslo
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 378
Localisation : SLOVAQUIE-retour en France !
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Il y a 11 ans, Srebrenica   08.07.06 20:09

Srebrenica une grande marche commémorative du 7 au 11 juillet



Des centaines de Bosniaques ont entamé une marche de quatre jours hier, 07 juillet, suivant la route que des rescapés empruntèrent il y a 11 ans pour échapper à la tuerie de Srebrenica, le plus important massacre de civils en Europe depuis la Seconde guerre mondiale.


Environ 8.000 Bosniaques musulmans furent tués dans ce massacre, survenu à la fin de la guerre de 1992-1995. Leurs restes furent rassemblés dans des charniers qu'on continue de découvrir une décennie après.


Déclarée "zone de sécurité" par l'ONU, Srebrenica était tombée le 11 juillet 1995 aux mains des forces bosno-serbes du général Ratko Mladic. En sous-effectif et sous-équipés, les casques bleus néerlandais chargés de protéger les civils avaient assisté à la chute de l'enclave musulmane...

Environ 15.000 personnes avaient fui la ville à travers les bois, tentant de gagner, à l'ouest, le village de Nezuk, tenu par l'armée bosniaque musulmane. Ils ont marché durant sept jours, évitant les tireurs embusqués, les tirs de mortier, les embuscades, se nourrissant de baies et buvant l'eau des tranchées.
Le 17 juillet 1995, seuls 6050 survivants de la colonne partie de Potocari le 11 juillet sont arrivés à Nezuk.


Un groupe de 700 rescapés et volontaires a commencé vendredi une marche commémorative de 100km en sens inverse, allant de Nezuk à Srebrenica. L'arrivée est prévue le 11 juillet.
Symboliquement, le parcours se fait dans le sens du retour, par solidarité avec les réfugiés qui sont retournés sur leur terre.
La marche passe par la vallée de Kamenica, le mont Udric, Konjevic Polje, Pobudje et l’arrivée se fera le soir du 10 juillet à Potocari (80 km. en 4 étapes de 20 à 27 km. par jour).

Le 11 juillet aura lieu la Commémoration du génocide de Srebrenica au Mémorial de Potocari, où sont attendues 40.000 personnes.
Durant la cérémonie, les restes de 500 personnes tuées à Srebrenica seront enterrés dans un cimetière spécial qui contient déjà ceux de plus de 1.800 personnes. Ils ont été exhumés de plus de 60 charniers.

Ramo Dautbasic, est l'organisateur de la marche. Il a lui-même échappé au massacré.

Ratko Mladic et Radovan Karadic, les anciens chefs militaire et politique des Serbes de Bosnie, sont recherchés par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie pour génocide et crimes de guerre. Aucun des deux n'a pour l'instant été capturé.


Durant le mandat de l'ONU (mars 1993-juillet 1995), beaucoup d'habitants des villes et villages environnants, fuyant les massacres exécutés par les groupes para-militaires serbes, se sont réfugiés à Srebrenica, libéré en mai 1992 par Nasser Oric.

En juillet 1995, il y avait 42.000 habitants et réfugiés, vivant dans des conditions très précaires. Malgré le statut de "zone protégée par l'ONU", ceux-ci subissaient par intermittence des bombardements meurtriers et le ravitaillement en vivres était soumis à un blocus des forces serbes qui entourait Srebrenica.

L'offensive des forces serbes, commandées par le Général Mladic, lancée au début juillet 1995, aurait pu être contrée par les forces internationales si une volonté politique avait réellement existée au niveau international.

Quelques résistants bosniaques ont tentés de freiner l'offensive, mais leurs moyens étaient extrêmement limités du fait qu'ils avaient été désarmés en 1993 en échange de la protection de l'ONU.

Le commandement du contingent de Casques bleus hollandais a ordonné aux bosniaques de cesser toute tentative de résistance vu que des bombardements aériens allaient être opérés. Or ceux-ci n'ont jamais eu lieu, le contingent hollandais et les srebreniciens ont été abandonnés à leur propre sort.

Le 11 juillet, jour de la chute programmée de Srebrenica, les femmes, enfants et blessés, accompagnés de quelques hommes et infirmiers se sont réfugiés dans la base de l'ONU de Potocari ( 5 km de Srebrenica). Les femmes et enfants ont été ensuite acheminés en autocars vers Tuzla. Mais presque tous les hommes accompagnant, et aussi quelques femmes, ont été massacrés sur place sur ordre du général Mladic.

Le 11 juillet,des hommes avec à leur tête quelques résistants armés, se sont rassemblés au nord de Srebrenica et ont entamés de nuit une longue marche au travers de territoires pris par l'ennemi en 1993, pour rejoindre Tuzla.

Harcelés par l'armée serbe, mitraillés, bombardés et victimes de gaz neurotoxiques, seuls 6050 d'entre-eux ont survécus .

Ni l'ONU, ni l'armée bosniaque, n'ont tenté de porter secours à cette colonne d'hommes, dont la très grande majorité ne portait pas d'arme, ce qui confirme les Srebreniciens dans leur sentiment d'abandon.

Entrée en 1993 dans l’enclave de Srebrenica, Médecins Sans Frontières a, pendant deux ans, apporté un soutien médical et matériel à cette population assiégée, officiellement placée sous la protection des casques bleus de l’ONU.
Cette population avait reçu la promesse qu’elle ne serait pas abandonnée et c’est, entre autres, avec cette « garantie » qu’elle est restée sur place au lieu de fuir la menace des forces bosno-serbes. La présence continue de MSF auprès de cette population a contribué à entretenir l’illusion d’une protection internationale dans cette zone.
Mais l’équipe de MSF est restée un témoin impuissant du tri de la population et des malades et blessés, de la séparation des hommes et des femmes et du départ des groupes en convoi vers des destinations inconnues ainsi que de l’inertie du bataillon hollandais de la Forpronu.

Plusieurs dizaines de blessés et malades de MSF « évacués » de l’enclave par les bosno-serbes et « sous escorte hollandaise », ont été sortis des bus et exécutés par les forces serbes. Vingt-deux membres du personnel local de MSF ont également été exécutés.

Médecins Sans Frontières avait demandé dans une tribune du Monde et lors d’une conférence de presse, la création d’une commission d’enquête parlementaire chargée d’établir la part des responsabilités politiques et militaires de la France qui ont conduit à la paralysie des Nations unies et de l’OTAN face à l’attaque bosno-serbe contre Srebrenica.

Arrow Sur ce site de médecin sans frontière, vous retrouverez tout sur cette tragédie, , communiqués de presse de l’ époque, témoignages, et le rapport du 28 janvier 2002 de la Mission d'information parlementaire
http://www.paris.msf.org/site/site.nsf/pages/srebrenica-actu

Arrow Article au sujet de la marche de cette année
http://permanent.nouvelobs.com/europe/20060707.FAP7861e.html

Arrow Le site de solidarité Srebrenica
http://www.srebrenica-asds.com/francais.html

Arrow Bilan de la marche 2005
http://beltegeuse.org/article.php3?id_article=361

Arrow Article d’ Amnesty International de 2005 Srebrenica ville Fantôme
http://www.amnestyinternational.be/doc/article4898.html

Arrow Témoignage d’ un Français qui a fait cette marche l’ année dernière
http://www.oumma.com/article.php3?id_article=1619

Arrow Un dossier du courrier des Balkans
http://balkans.courriers.info/dossier_srebrenica.php3

On y apprend qu’ en juin, Le comité pour le droit humanitaire de Belgrade a porté plainte le pour incitation à la haine et intolérance raciale, religieuse et nationale contre l’auteur - interprète de la chanson intitulée « Égorgeons ». Cette chanson était parue quelques temps plus tôt sur Internet.Le texte de la chanson incriminée serait outrageux. Il parlerait entre autres de « l’abattage » des Bosniaques à Srebrenica comme d’une chose dont chaque Serbe devrait être fier. Il présente les deux inculpés du Tribunal pénal de la Haye, Ratko Mladic et Radovan Karadzic en tant que héros célébrés pour avoir tué 7 000 Bosniaques. Les paroles célèbrent la destruction des constructions musulmanes pendant la guerre en Bosnie Herzégovine. Pour finir, les paroles de la chanson appellent clairement à l’extermination du peuple bosniaque, extermination qui représente un besoin historique et une vengeance du peuple serbe pour leur trahison.



En Serbie sein même des institutions gouvernementales demeurent encore des représentants de partis qui, à l’époque, participaient à la préparation et à la mise en oeuvre de la politique criminelle
Revenir en haut Aller en bas
caroslo
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 378
Localisation : SLOVAQUIE-retour en France !
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Il y a 11 ans, Srebrenica   13.07.06 21:33

Le Figaro.fr du 11 juillet propose un diaporama de 16 photos pour illustrer les évènements autour de ce génocide, de la première offensive serbe de 93, en passant par l' arrivée du général français Morillion de la FORPRONU,des casques bleus impuissants devant les serbes qui séparent les hommes des femmes de la foule, à la signature à l' Elysée des accords de Dayton en 95, puis la découverte des premières fosses communes en 96, jusqu' à l' enterrement de Milosevic en 2005...et les pélerinages à Srebrenica


DIAPORAMA de Laurent SUPLY
Revenir en haut Aller en bas
caroslo
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 378
Localisation : SLOVAQUIE-retour en France !
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: Il y a 11 ans, Srebrenica   15.07.06 19:26

LA HAYE 14 juillet 2006 - Les juges du TPI pour l'ex-Yougoslavie ont ouvert le procès de 7 Serbes de Bosnie, poursuivis pour le massacre de Srebrenica.

L'audience a démarré sur un incident entre la procureure Carla Del Ponte et les avocats de la défense.

La procureure tessinoise, qui voulait faire un court discours pour marquer l'ouverture du procès, a évoqué sa visite mardi à la cérémonie en mémoire des victimes du massacre de Srebrenica.

"Plus tôt cette semaine, j'étais à Potocari (près de Srebrenica) pour marquer le onzième anniversaire des atrocités de Srebrenica. J'y étais auprès de milliers de personnes en deuil, essentiellement des femmes...", a-t-elle eu le temps de déclarer avant d'être interrompue par les objections des avocats de la défense.

Les avocats ont souligné que le discours était "émotionnel" et devrait être réservé pour l'analyse du fond du dossier prévue à partir du 21 août, après les vacances du Tribunal.

"Il ne s'agit pas d'émotion, absolument pas d'émotion, mes chers avocats de la défense. De faits!", s'est insurgée Mme Del Ponte. Les juges ont toutefois décidé qu'elle devait remettre sa déclaration au mois d'août.

SWISSINFO.fr
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il y a 11 ans, Srebrenica   Aujourd'hui à 11:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Il y a 11 ans, Srebrenica
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale :: Economie et actualités-
Sauter vers: