Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale

Tout sur la gastronomie, l'histoire, l'actualité, les voyages en Europe Centrale et en Europe Orientale.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
caroslo
Utilisateur
Utilisateur
avatar

Nombre de messages : 378
Localisation : SLOVAQUIE-retour en France !
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique   21.06.06 8:35

article vu sur le site du collectif bellaciao.org


mardi 20 juin 2006 (11h52) :
Nantes : UN PAPA MUSICIEN ROM EXPULSÉ LE JOUR DE LA FÊTE DE LA MUSIQUE

Vendredi 16 juin, nous avons assisté à l’examen par le juge du Tribunal Administratif de Nantes de la situation de M. Covaci, papa de deux enfants scolarisés depuis janvier 2004 à l’école maternelle Gustave Roch de Nantes.

Voici le commentaire que nous avait alors inspiré cette situation :

Cet après-midi, 19/6, malgré la présence dans la salle des enseignantes de ses enfants, de parents d’élèves amis, de membres du Collectif et de plusieurs journalistes de la presse locale, la juge du Tribunal Administratif a rejeté l’appel du papa roumain de Ferdinand et Mattei scolarisés à l’école Gustave Roch de Nantes.

Arrêté mardi 13 juin et placé en rétention depuis, ce papa rom que beaucoup de nantais connaissent sans doute pour l’avoir entenduégayer de sa musique aux accents tziganes certaines places et scènes de Nantes, est descendu, menotté, d’un panier à salade qu’il a regagné une heure et demi plus tard, escorté comme doit l’être un dangereux musicien père de deux enfants régulièrement scolarisés dans une école de Nantes.

Ce soir, une fois encore, je ne comprends plus rien.

Pourquoi, après le déferlement médiatique qu’avait généré il ya une dizaine de jours la ’toute petite annonce ’ du Ministre de l’Intérieur la circulaire transmise le 13 juin aux Préfets susceptible, quant à elle, de permettre la régularisation d’un grand nombre de familles avant la fin de l’été ..., pourquoi donc cette circulaire mystérieuse n’a-t-elle pas encore fait plus de bruit dans les médias, ni dans le cabinet de l’avocate qui officiait aujourd’hui sans jamais y faire allusion dans sa plaidoirie, ni dans le bureau du fonctionnaire de Préfecture préposé à l’expulsion ???

Pourquoi, pourquoi ? Il y a quelque chose qui m’échappe !

Une chose est sûre, ce soir M. Covaci dormira (s’il y parvient) en centre de rétention ... et sa femme comme ses enfants vivront dans l’angoisse de son prochain départ.

A suivre !!!

Ce matin, 19 juin, nous avons appris que M. Covaci devra quitter le centre de rétention de Nantes mercredi 21 juin au matin ..., sans doute pour être expulsé. Déjà, autour de l’école Gustave Roch et du Collectif Enfants Etrangers Citoyens Solidaires, la mobilisation s’organise. Hier, en présence de Jack Lang et des nombreux artistes réunis autour de lui pour dédier la prochaine fête de la musique à tous les enfants actuellement menacés d’expulsion au-delà de la date fatidique du 30 juin 2006, nous avons pu lancer un appel en faveur du musicien rom expulsable le jour de la fête de la musique.

Par ce message, nous invitons tous les réseaux et tous les citoyens destinataires de cet appel à faire pression sur le Préfet de Loire Atlantique, en exprimant leur indignation quant à cette situation et à exiger le maintien sur le sol français de M. Covaci dont voici un portrait plus détaillé :

Matei Covaci, né le 20 février 1955 à Sevis en Roumanie, comme tant d’autres de ses congénères , a dû fuir les persécutions qui, dans son pays sont infligées aux roms et est entré en voiture avec un passeur en France en mai 2002. En 2005, il est retourné en Roumanie pour refaire un passeport, ce qui lui aura sans doute porté préjudice lors de l’examen de son appel vendredi 16 juin au Tribunal Administratif de Nantes. Ses enfants, Ferdinando Matei (né le 27 juin 1999) et Matei Andrei (né le 19 février 2001) en Roumanie, sont depuis janvier 2004 régulièrement scolarisés à l’école maternelle Gustave Roch de Nantes. Le 13 juin dernier, M. Covaci a été interpellé par la Police de l’Air et des Frontière et placé en centre de rétention à Nantes où il séjourne encore aujourd’hui, dans des conditions que je laisse à chacun le soin d’imaginer. Le 16 juin 2006, devant le Tribunal Administratif de Nante, son appel de l’Arrête de Reconduite à la Frontière prononcé à son encontre par le Préfet de Loire-Atlantique a été rejeté. Le 21 juin, il risque donc d’être tout simplement expulsé laissant derrière lui sa femme et ses deux enfants.

Pour faire part de votre soutien à M. Covaci, n’hésitez pas à adresser un courrier électronique au Préfet de Loire-Atlantique, en le priant, vu la criculare du 13 juin qu’il aura forcément reçu de son Ministre de tutelle, de surseoir à cette mesure d’expulsion d’un papa qui, quelque jour plus tard aurait sans doute pu bénéficier de cette nouvelle mesure.

Voici deux adresses : Etrangers@loire-atlantique.pref.gou... Communication@loire-atlantique.pref...

Pour le Collectif Enfants Etrangers Citoyens Solidaires de Nantes

Frédéric CHERKI Parent d’élèves scolarisées à l’école Louise Michel de Nantes Membre du Collectif Enfants Etrangers Citoyens Solidaires (RESF 44) http://enfantsetrangers.hautetfort.com Contact : 06 72 47 04 33



http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=29703
Revenir en haut Aller en bas
Alalalalexandra
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 497
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique   21.06.06 12:15

merci Caroslo !
je viens enfin de me dépatouiller de mon copier-collé de l'article issu du site du RESF... ( Réseau Education Sans Frontière ) et pendant ce temps l'UMP fait toujours sa pub sur le forum
Revenir en haut Aller en bas
faj
Utilisateur
Utilisateur
avatar

Nombre de messages : 346
Age : 43
Localisation : Brüksel
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique   21.06.06 15:19

Si c'est comme ça, je fais la grève de la musique ... oops la grève de la fête de la musique !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.youtube.com/fajarowicz
olahus
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 2381
Localisation : Bucarest, Roumanie
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: Re: papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique   21.06.06 23:04

Citation :
comme tant d’autres de ses congénères , a dû fuir les persécutions qui, dans son pays sont infligées aux roms et est entré en voiture avec un passeur en France en mai 2002
Quant ont utilise un terme aussi grave que "persecution' il faut donner tous les details pour le soutenir sinon c'est risque.
Les rroms rencontrent des discriminaisons en roumanie dans tous les domaines et des violences de la part des policiers( voir ici: http://www.roumanie.com/Societe-discrimination_rroms_roms_tsiganes_tziganes_gitans-A859.html)
Mais il y a egalement des aspects positifs. Voila trois exemples de l'an 2002, l'an du depart de monseur Covaci
Cette annee, un rrom qui voulait faire des etudes universitaires tout en evitant la competion accerbe pour les facultes, pourait choisir des 25 institutions d'enseignement qui offerait un total de 390* places reservees aux rroms (voir ici). De meme, il y avait 1350 places reservees aux rroms dans les lycees (voir cet etude fait par un specialiste sur les mesures du gouvernement dans l'education des rroms de 1994 a 2004. Plutot une forme d'action positive que de persecution non?
En 2001 aparaissait un nouveau metier, celle de mediateur sanitaire. Son role etait de creer une liaison entre les communaute de rroms et les institutions sanitaires roumains pour mieux soigner la sante des premiers et assurer une meilleure communication avec les derniers. Leur travail a commence pourtant qu'en 2002, et, malgre les reticences intitiales des rroms, les gens ont desormais une grande confiance dans le mediateur(voir cet excellent article du magazin Medic.ro ).

Vaut bien donc de nunacer les phrases...Quand a monseur Covaci et ses ennuis en France, c'est bien sur une histoire triste qui, j'espere, se resoudra le plus vite dans son interet.
Revenir en haut Aller en bas
http://surpriseroumaine.blogspot.com/
Árpád
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 549
Age : 56
Localisation : au nord du centre
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique   21.06.06 23:20

Olahus la question essentielle a se poser est la suivante : Pourquoi y a t il des places réservées aux rroms ??? Ces places ne devraient elles pas etre acquises de fait ?

Le fait de réserver des places pour une catégorie de la population signifie qu'il y a discrimination. Ca me rappelle un peu le discours de la discrimination positive que les dirigeants francais ont tenu il y a quelque temps. La discrimination ne peut jamais etre positive. Ellle implique forcement un rejet á la base.

Quoiqu'il en soit la volonté est louable meme si elle est discutable.

_________________
Guns don't kill people, people kill people. chev
Revenir en haut Aller en bas
http://centaleasteurope.bbfr.net
olahus
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 2381
Localisation : Bucarest, Roumanie
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: Re: papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique   22.06.06 8:34

Árpád a écrit:
Olahus la question essentielle a se poser est la suivante : Pourquoi y a t il des places réservées aux rroms ??? Ces places ne devraient elles pas etre acquises de fait ?

Le fait de réserver des places pour une catégorie de la population signifie qu'il y a discrimination. Ca me rappelle un peu le discours de la discrimination positive que les dirigeants francais ont tenu il y a quelque temps. La discrimination ne peut jamais etre positive. Ellle implique forcement un rejet á la base.

Quoiqu'il en soit la volonté est louable meme si elle est discutable.

Arpad, un rrom qui se considere bien perpare et qui n'a peur de la concurence pour les places "normales" (souvent accerbe) peut en candider sans probleme. On ne lui dira pas "mais t'as tes places reserves a toi". Mais si il veut echaper la concurence et concurer avec moins de gens, il s'inscriva sur les places reservees.
C'est une mesure pour accroitre le nombre des etudiants rroms duquels une partie s'ajoutera a l'elite de ce peuple et lui aidera pour lutter pour ses droits et son integration.
Si je comprends bien ton raisonement, tu dis que c'est une discriminaison envers les majoritaires...Bon, on peut le voir egalement comme ca mais moi, en tant que majoritaire, je ne me sens pas discrimine (certains sont probablement iritees quand meme)
L'ecole n'est pas une des valeurs traditionelles des rroms, or par ces mesures on les attire vers l'ecole, c'est bien pour eux.
Je fais mon master a la faculte de Sociologie et assistence sociale et chaque jour je crois des etudiants ou etudiantes rroms. Je ne sais pas si ils sont sur une place speciale ou pas, mais je suis tres hereux quand je les vois en sachant qu'ils seront utiles a leur communautes et, que, par leur exemple, ils aideront, peut-etre, a une amelioration de l'image des tziganes dans les yeux des majoritaires.
S'il y avait le meme systeme aux embauches...la, je ne sais pas si je serais toujours d'accord Wink


amicalement

Olahus
Revenir en haut Aller en bas
http://surpriseroumaine.blogspot.com/
Árpád
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 549
Age : 56
Localisation : au nord du centre
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique   22.06.06 10:27

Olahus ce que je veux dire par discrimination positive c'est le fait de réserver des places aux minorités ou a ceux qui ne sont pas considérés comme faisant partie de l'élite a la base.

En France actuellement, cette tendance se passe de la facon suivante, on réserve des places dans les grandes écoles ou autres aux jeunes issus des banlieues dites "sensibles" ou issus de l'immigration.

La selection en France commence quand meme tres tot. Un éleve qui sort d'un grand lycée parisien aura plus de facilités qu'un éleve qui sort d'un lycée de banlieue. Tout simplement parce que la qualité de l'enseignement n'est pas la meme dans l'un que dans l'autre. Ce que l'on peut considérer comme une hérésie étant donné que les deux lycée sont publics et que les examens de fin d'année y sont les memes. On demande maintenant aux proviseurs d'identifier dans les banlieues difficiles les éleves a fort potentiel. C'est pas vraiment normal. La vocation d'un enseignement dit public n'est elle pas de donner les memes chances a tous quelle que soit leur origine ou leur niveau social ?

_________________
Guns don't kill people, people kill people. chev
Revenir en haut Aller en bas
http://centaleasteurope.bbfr.net
caroslo
Utilisateur
Utilisateur
avatar

Nombre de messages : 378
Localisation : SLOVAQUIE-retour en France !
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique   22.06.06 12:02

Partout où il a cours, ce label de « discrimination positive » recouvre une série de mesures préférentielles qui poursuivent un triple objectif : un objectif de rattrapage entre groupes inégaux, un objectif de lutte contre les discriminations, un objectif de promotion de la « diversité ». Tout ça , évidemment, c’est très bien, c’est surtout mieux que rien ! Mais que pensez vous de cette « définition » ? :
La discrimination positive est ce qui reste quand on a tout essayé...
Ces trois approches de la discrimination positive( citées plus haut ) , dans le discours contemporain, se superposent volontiers, tout en demeurant analytiquement distinctes. Elles présentent le point commun de se définir par rapport au fait discriminatoire. La discrimination positive peut vouloir compenser une oppression passée -dont la société contemporaine porte encore les cicatrices- ; elle peut chercher à contrebalancer des pratiques d’exclusion -actuelles et persistantes- ; elle peut, enfin, prendre acte de l’échec du long combat destiné à démontrer l’inanité de certaines formes de « différences » entre les êtres humains, pour valoriser ou sublimer la « diversité » et la « nature multiraciale » de nos sociétés.
Dans les trois cas, la discrimination positive ne prend sens qu’en fonction de discriminations dont l’ampleur, la persistance et le caractère destructeur sont clairement avérés. Les sociétés qui ont institué ce type de politiques s’y sont résignées comme on se résout à ingurgiter un remède amer mais efficace
: « Pour en finir avec le racisme, affirmait un juge américain dans une formule qui a fini par acquérir la force d’un slogan, nous devons commencer par prendre la race en compte. Il n’y a pas d’autre voie. »
La discrimination positive est ce qui reste quand on a tout essayé, ou quand on sait d’avance qu’une approche exclusivement répressive ne produira ses fruits qu’à très long terme. Mais elle n’a pas vocation - sauf peut-être aux yeux de ses nouveaux zélotes français -, à supprimer le symptôme de causes que l’on n’a pas le courage de traiter.

Définition proposée par L’ observatoire des inégalités que je trouve assez juste.
http://www.inegalites.fr/article.php3?id_article=375

Olahus bien sûr que ce genre d‘actions c’est très bien pour ceux qui peuvent en bénéficier, c’est pourtant tellement peu, et surtout, ça me paraît à moi assez « hypocrite » , c’est simplement « politiquement correct « ‘( encore une expression ! ), mais est ce que cela peut être une solution de fond, à la hauteur du problème à traiter ?
Revenir en haut Aller en bas
caroslo
Utilisateur
Utilisateur
avatar

Nombre de messages : 378
Localisation : SLOVAQUIE-retour en France !
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique   23.06.06 0:08

Alalalalexandra a écrit:
merci Caroslo !
je viens enfin de me dépatouiller de mon copier-collé de l'article issu du site du RESF... ( Réseau Education Sans Frontière ) et pendant ce temps l'UMP fait toujours sa pub sur le forum


pour toi Alex :


et en rappelant que le 20 juin c' était la journée mondiale des réfugiés.

Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur le projet de loi CESEDA traduisez Code du L'entrée et du Sejour des Etrangers et du Droit d' Asile :
http://www.contreimmigrationjetable.org/
Revenir en haut Aller en bas
Töhötöm
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 665
Localisation : Loir et Cher (France) ..... Dans mon coeur en Hongrie....
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique   23.06.06 12:14

Voici le texte adopté :
http://www.assemblee-nationale.fr/12/ta/ta0576.asp

Et l'ensemble des textes sur cette loi :
http://www.senat.fr/dossierleg/pjl05-362.html

J'ai lu sans doute un peu rapidement ce texte, mais je constate que si on a pas les "compétences et talents" pour séjourner en France et bien il n'y a qu'à retourner mourir ailleurs.

Une honte ! Mince ! Nous sommes tous ou presque issus de l'immigration. Et dans la grande majorité c'était bien pour raison économique. Et l'histoire a permis parfois d'être détournée pour que raison économique se transforme en raison politique.

_________________
Töhötöm
Revenir en haut Aller en bas
caroslo
Utilisateur
Utilisateur
avatar

Nombre de messages : 378
Localisation : SLOVAQUIE-retour en France !
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique   25.06.06 0:20

Les parrainages d'élèves sans-papiers se multiplient en France (24/06/2006 17:12)
PARIS (AFP)

A six jours de la fin du sursis accordé par le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy aux jeunes sans-papiers scolarisés et à leurs familles, le Réseau éducation sans frontières multiplie les parrainages, partout en France, pour tenter de les protéger d'une expulsion ou même les "cacher".
"Les parrainages ont commencé en janvier. C'est un mouvement protéiforme, qui prend une ampleur énorme aujourd'hui. Ils peuvent être individuels ou collectifs, sont organisés dans des mairies, des églises, des écoles, des cinémas et même au Sénat. Nous en recensons plusieurs centaines", a expliqué Richard Moyon, porte-parole du Réseau éducation sans frontières (RESF).
Partout en France, des comités s'organisent, "de toutes origines, de tous les milieux sociaux", pour soutenir ces familles et leurs enfants. Ils étaient jusqu'ici protégés par une circulaire du ministère de l'Intérieur qui leur permettait de terminer leur année scolaire avec comme date butoir le 30 juin.
En Bretagne par exemple, où des familles en arrivent à se relayer pour cacher chez eux une petite fille du Daguestan menacée d'expulsion, les parrainages sont devenus "plus que symboliques". "Nous ne menons pas que des parrainages symboliques. Il s'agit de monter des réseaux de vigilance et de solidarité pendant l'été, un moment où ces familles sont particulièrement vulnérables", analyse Frédéric Cherki, membre de RESF à Nantes.
Le but étant, selon M. Cherki, que "des voisins, des amis, des habitants se relaient auprès d'eux, afin qu'il y ait toujours une présence, un logement proposé ou un accompagnement dans les dossiers". "Le parrainage n'a aucune valeur juridique, il a une valeur morale qui consiste à prendre sous sa protection ces personnes, c'est un défi aux lois qui fabriquent des sans-papiers. L'intensification des parrainages prend un sens politique", renchérit M. Moyon.
De fait, des personnalités politiques s'engagent de plus en plus auprès de ces familles. Samedi, Bertrand Delanoë, maire socialiste de Paris, devait par exemple remettre un certificat de parrainage à des enfants menacés d'expulsion à la mairie du IXe. Les mairies des XXe et XIe arrondissements de Paris ont aussi prévu plus de cinquante parrainages républicains ces jours-ci dans les deux mairies.
Au Sénat, la semaine dernière, ce sont une dizaine de parlementaires de gauche qui ont assisté à une cérémonie de parrainage en présence de familles africaines et asiatiques. De même à Marseille, RESF organisait samedi une cérémonie de quelque 150 à 200 parrainages par des particuliers, familles, associations ou syndicats qui devaient toucher près de 300 adultes ainsi qu'entre 200 et 300 enfants.
RESF et le collectif "Uni(e)s contre une immigration jetable" prévoient par ailleurs, le 1er juillet, de manifester dans Paris contre ces menaces d'expulsions, et de lancer une campagne baptisée "ouverture de la chasse à l'enfant". Le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy a adressé à la mi-juin une circulaire aux préfets les autorisant à "réexaminer" la situation des familles en situation irrégulière dont un enfant est scolarisé si elles déclinent les propositions d'aide au retour et sous la condition de remplir six critères.
Selon le ministère, 720 familles, soit près de 2.500 personnes, ont été recensées comme pouvant bénéficier de ces régularisations.
Revenir en haut Aller en bas
caroslo
Utilisateur
Utilisateur
avatar

Nombre de messages : 378
Localisation : SLOVAQUIE-retour en France !
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Re: papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique   30.06.06 1:26

Sur France 3, hier, le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy a finalement accordé un nouveau délai et annoncé la nomination de l'avocat Arno Klarsfeld comme "médiateur" national pour favoriser l'harmonisation des décisions préfectorales d'admission au séjour des étrangers en situation irrégulière ayant des enfants scolarisés.

http://www.lexpress.fr/info/quotidien/actu.asp?id=4479

Qui est celui qui va décider au cas par cas ?

Inscrit aux barreaux de Paris, de New York et de Californie, Arno Klarsfeld abandonne le cabinet d'affaires new-yorkais pour rejoindre celui de son père et de sa sœur à Paris.


En 1998, Arno Klarsfeld représente l'association des Fils et filles des déportés juifs de France lors du procès de Maurice Papon. Il se fait remarquer par les médias en se rendant ostensiblement au Palais de Justice en patin à roulettes.

Il fait ensuite une campagne notamment dans les médias pour la création de cours internationales afin de juger les criminels de guerre pour des massacres tels le génocide au Rwanda et celui du Kosovo.

En 2002, âgé de 36 ans, il prend la nationalité israélienne et effectue son service militaire en Israël dans les rangs des gardes-frontières.

En 2004, cet américanophile prend la défense de la politique anti-terroriste de George W. Bush sur les plateaux de télévision français (notamment au "Grand Journal" de Michel Denisot sur Canal+) en soulignant notamment le fait que "si les femmes pouvaient voter maintenant en Afghanistan, c'était grâce à l'intervention américaine". De même, il approuve l'intervention contre l'Irak du dictateur Saddam Hussein.

En décembre 2005, Nicolas Sarkozy, notamment président de l'UMP et ministre de l'Intérieur, le charge, en concurrence avec la mission confiée à Jean-Louis Debré, président de l'Assemblée nationale, de mener un "travail approfondi sur la loi, l'Histoire et le devoir de mémoire", suite à la polémique autour des lois mémorielles dont celle du 23 avril 2005 mentionnant le "rôle positif" de la colonisation. Il doit notamment proposer une analyse - comme celles sur le négationnisme et le génocide arménien - dont des historiens demandent l'abrogation au nom de la "liberté" de leur travail.

En mai 2006, il crée un rapport de sept pages de réflexion sur la délinquance à la demande de Nicolas Sarkozy. Le rapport, prônant la discrimination "positive, ethnique ou géographique", est considéré comme ayant été rédigé maladroitement. On peut y lire entre autres :

Si une série de voitures sort de l'usine avec un vice de fabrication et que ces voitures viciées causent des accidents, des blessés et des morts, il est juste de se retourner contre le constructeur. Peut-on agir de même en assimilant le parent au constructeur et l'enfant au produit vicié ?

À la suite de l'audience du tribunal administratif de Toulouse du 16 mai 2006 concernant le procès entamé par Georges Lipietz et Guidéon S. contre l'État et la SNCF pour leur rôle dans leur transferts de Pau au camp de Drancy, il prend publiquement parti pour la SNCF par un «point de vue» dans le journal Le Monde.

Le 28 juin 2006, le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy le nomme médiateur national pour étudier "les cas les plus difficiles" lors de la procédure de régularisation ouverte pour les familles d'élèves sans papiers.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Arno_Klarsfeld
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique   

Revenir en haut Aller en bas
 
papa musicien Rom expulsé le jour de la fête de la musique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un jour je serais grand comme Papa!
» Combien de fois par jour donnez vous à manger à votre chien ?
» papa loup et son bébé chat
» Demain Jour J pour Don Amado !
» Quel jour?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale :: Tziganes du monde-
Sauter vers: