Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale

Tout sur la gastronomie, l'histoire, l'actualité, les voyages en Europe Centrale et en Europe Orientale.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Tchernobyl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Istvan
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 560
Localisation : Banlieue Ouest de L'Est
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Tchernobyl   31.05.06 20:27

Documentaire de 90 mn
Un lien ed2k pour le téléchargement
Code:
ed2k://|file|[Passe.sous.silence][La.bataille.de.Tchernobyl][France.3][ArchosSatRip][21-04-2006][AdserOne].AVI|734265662|E7E2C7FEEDFD30192AF6809783F7DA4B|/

http://www.playfilm.fr/doc_prod.htm
Here surely the best documentary on Tchernobyl.
I did not know all the truth on this drama and I thought only we had finished with this history.
Unfortunately, it would seem that we are far from to have finished with Tchernobyl.
I have look at 2 times the documentary.
A true feeling of apocalypse which did not release me during all the weekend.
To see absolutely!!
mutations génétiques de Tchernobyl:



L'article du Monde que je vous invite vivement de lire.
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3228,36-765179@51-759222@45-1,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3228,36-765563@51-759222,0.html

http://www.lexpress.fr/info/quotidien/actu.asp?id=3948

http://www.hns-info.net/article.php3?id_article=8287

http://www.debat-energie.gouv.fr/site/pdf/frot-causestchern.pdf

http://www.kiddofspeed.com/chapter1.html
Revenir en haut Aller en bas
http://centraleasteurope.bbfr.net
djilia
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 640
Localisation : sud est france
Date d'inscription : 23/09/2005

MessageSujet: Re: Tchernobyl   01.06.06 22:44

on ne sait quoi dire devant une telle catastrophe.
espérons que cela ne se reproduise jamais..

je suis très touchée par tous ces gens qui souffrent dans l'oubli.
Revenir en haut Aller en bas
http://surpriseroumaine.blogspot.com/
Alalalalexandra
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 497
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Bientôt un Tchernobyl en France ?   13.06.06 13:56

oui, espérons que cela ne se reproduise pas, mais on sait que l'Europe construit l'EPR en France et qu'il y a redire quant à la sécurité.

Les nombreux reportages consacrés aux 20 ans de Tchernobyl ont
clairement montré, malgré les tentatives de diversion des tenants de l'atome, que les conséquences de cette catastrophe étaient dramatiques et, pour des siècles encore, en constante aggravation.

La question se pose donc de façon d'autant plus cruciale : un "Tchernobyl français" est-il possible ? Hélas, de nombreux indices
laissent à penser qu'un tel désastre pourrait bien se produire. Certes, à la
différence des réacteurs RBMK (de type Tchernobyl), les réacteurs français sont recouverts d'une grosse cloche de béton, l'enceinte de confinement, censée empêcher un nuage radioactif de s'échapper. Mais divers scénarios peuvent amener, en situation accidentelle, à la rupture de cette enceinte, comme cela a d'ailleurs failli être le cas en 1979 aux USA, à la centrale de Three miles island.

Dangereux par nature, comme toute installation nucléaire, les
réacteurs français le sont de plus en plus car ils sont vieillissants.
Les plus anciens, ceux de Fessenheim (Haut-Rhin) et Bugey (Ain), approchent des 30 ans. Or EDF, sans même attendre l'accord de l'Autorité de sûreté nucléaire (qui n'a d'autorité que dans son nom), a d'ores et déjà décidé de porter à 40 ans la durée de vie de ses réacteurs.

Qui plus est, les dirigeants d'EDF ont mis en Suvre depuis
2002 un processus de restrictions budgétaires drastiques dans les centrales nucléaires. Le Réseau "Sortir du nucléaire" est entré en possession d'un document interne à EDF qui décrit les mesures mises en Suvre : annulation massive d'embauches pourtant prévues, économies sur les dépenses de logistique, frais généraux et maintenance. Mais aussi d'inquiétante consignes telles que "Le coefficient de disponibilité et le coefficient d'utilisation des centrales nucléaires doivent être les plus élevés possibles".

Autre problème majeur en France, contrairement à une idée reçue : le risque sismique. A nouveau, le Réseau "Sortir du nucléaire" s'est
procuré des documents internes à EDF qui montrent que ses chiffres
concernant ce risque sont très gravement contestés par l'Institut de
radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) qui dépend de l'Etat. Les documents montrent clairement qu'EDF se refuse pour des raisons purement financières à mettre en Suvre les mesures nécessaires, et a mis en place une action de lobbying pour contraindre l'Autorité de sûreté à écarter les travaux de l'IRSN. Extraits :
- « Il faut mobiliser stratégiquement au dessus des experts
pour lever la contrainte »
- « Une communication de haut niveau vers l'ASN est requise »
- « Des actions de lobbying ou contrefeu (autres experts) sont-elles possibles ? »
- « Il faut trouver une échappatoire à cette menace »
Précision utile : pour EDF, la "menace" est celle de devoir financer des
travaux. Le choix de la rentabilité au détriment de la sûreté est clairement
établi.

Pire : des informations complémentaires ont permis de montrer
que les ingénieurs d'EDF se sont "arrangés" avec les données sismiques
: en réduisant d'office "les intensités épicentrales de la plupart des
séismes de référence" ou en redessinant les zones sismiques afin d'éviter la prise en compte de certains séismes historiques. Tremblons& en espérant que la Terre ne s'y mettent pas aussi.

Par ailleurs, des erreurs graves de conception ont été commises à la
construction des centrales : lors de la tempête de décembre
1999, la centrale nucléaire du Blayais (Gironde) a été gravement inondée et a frôlé le pire : pourtant, les spécialistes d'EDF avaient assuré que les digues de la centrale ne pouvaient être surpassées. Un rapport parlementaire publié en avril 2000 précise : "Cette erreur de conception, la plate-forme sur laquelle a été remblayée la centrale n'a pas été érigée suffisamment haut, n'est pas propre à la centrale du Blayais. La plate-forme de l'îlot nucléaire est calée au-dessous de la cote majorée de sécurité (CMS) pour les sites de Belleville, Chinon,
Dampierre, Gravelines, le Blayais et Saint-Laurent; En outre les sites de
Fessenheim et de Tricastin sont implantés à proximité d'un canal dont la ligne d'eau est supérieure à la cote de leur plate-forme."[1].Et
pourtant, personne n'envisage d'arrêter ces centrales !

Autre risque grave, l'incendie et, là encore, EDF est gravement à découvert.
Ainsi, L'ASN a mené à Chinon une inspection "géante" du 7 au 11 mars 2005. Le compte-rendu[2], daté du 19 mai 2005, est explicite : "Cette
inspection de revue a été programmée par lASN à l'issue d'insuffisances
constatées lors de trois inspections sur le thème de l'incendie réalisées au
cours des douze derniers mois (!) Des efforts restent à fournir en terme de rigueur de gestion du risque incendie et d'identification des problèmes affectant le matériel (!) Comme sur la plupart des autres centrales nucléaires, les équipes locales d'intervention doivent améliorer leurs pratiques pour arriver au niveau d'exigence de l'Autorité de sûreté nucléaire, compte tenu des enjeux liés au risque incendie". Edifiant.

Ceci dit, et contrairement à ce que l'on pourrait croire, si un désastre
nucléaire se produit, les citoyens ordinaires en souffriront bien plus que
l'industrie de l'atome. Celle-ci s'est soigneusement préparée au pire et a fait évoluer ses méthodes : il ne s'agira plus de tenter de cacher
l'accident, mais d'en nier les véritables conséquences et d'imposer l'idée que, somme toute, les populations peuvent continuer à vivre tranquillement dans les zones contaminées. Pour arriver à de telles conclusions, le lobby nucléaire français,
appuyé par le lobby de l'agriculture productiviste, a organisé
la manipulation des données de la seule "expérience" réelle : Tchernobyl.
Ainsi, plusieurs programmes (Ethos, Core, Sage, Farming) sont mis en Suvre depuis plusieurs années pour cacher les véritables conséquences de la catastrophe du 26 avril 1986, et pour en faire de même en cas de drame atomique en France.

Par ailleurs, le gouvernement a signé le 8 septembre 2003 le décret n° 2003-865 [3], "portant création du comité interministériel aux crises
nucléaires ou radiologiques", qui donne des pouvoirs exceptionnels au
secrétaire général de la défense nationale, "en cas d'accident (&) ou d'attentat ou de menace d'attentat ayant ou pouvant avoir des conséquences nucléaires ou radiologiques". L'armée mettra hors d'état de "nuire" les citoyens qui voudraient informer la population de la réalité du danger !

Enfin, tout à été prévu pour assurer la protection des intérêts économiques, aux dépends de ceux des populations. Le 12 février 2004, les gouvernements des pays de l'OCDE ont révisé les Conventions de Paris et de Bruxelles sur les dédommagements en cas de catastrophe nucléaire[4]. Le montant des compensations a certes été substantiellement augmenté, mais ce sont les valeurs industrielles et patrimoniales qui seront protégées, dédommagées, remboursées. Et ce sera avec l'argent public, l'argent de tous les citoyens, y compris
de celles et ceux qui seront victimes, contaminés, irradiés. Début avril
2006, dans la plus grande discrétion, les parlementaires français ont ratifié ces textes !

En résumé, il est légitime de craindre un nouveau Tchernobyl quelque part dans le monde, et tout particulièrement en France. Les autorités et
les entreprises de l'atome semblent clairement s'y préparer : il est vrai
qu'elles sont les mieux placées pour le voir arriver. Mais tout n'est pas perdu : de part le monde, des millions de citoyens exigent qu'une chance soit laissée à la planète et aux générations futures. Il apparaît de plus en plus évident qu'il faut à la fois faire disparaître le nucléaire et lutter contre le réchauffement climatique. Des solutions existent : développer à grande
échelle les économies d'énergie - principalement dans les pays riches - et les énergies renouvelables, partout sur la planète. Utopique ? Au
contraire, c'est le seul choix réaliste, la seule voie d'avenir. Avant un nouveau Tchernobyl. Vite.

Stéphane Lhomme, Porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire"
Auteur de "L'insécurité nucléaire : bientôt un Tchernobyl en
France ?" (Avril
2006, Ed Yves Michel)

===============================================
[1]www.assemblee-nationale.fr/rap-oecst/r2331/r2331-1.asp
[2]www.asn.gouv.fr/Actualite/lds/maj/2005-21/INS_2005_EDFCHB004.pdf
[3]http://admi.net/jo/20030910/PRMX0306819D.html
[4]www.nea.fr/html/general/press/2004/2004-01f.html
===============================================

Désolée pour la lecture en zig-zag.... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Alalalalexandra
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 497
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: Tchernobyl   05.08.06 13:10

La Suède refroidie par ses réacteurs


L'organisme suédois de l'inspection de la sûreté nucléaire (SKI) qualifie l'incident de «sérieux» . Mardi 25 juillet, un court-circuit dans le réseau électrique en bordure de la centrale de Forsmark, située à 150 km au nord de Stockholm, a révélé des défaillances du système d'arrêt d'urgence. Une enquête a été ouverte. Deux des trois réacteurs n'ont toujours pas été remis en activité. Et, par crainte d'un incident comparable, l'opérateur de la centrale d'Oskarshamn, au sud-est du pays, a décidé à son tour mercredi d'arrêter deux de ses réacteurs.

Classé de niveau 2 sur l'échelle d'Ines (International Nuclear Event Scale), l'incident de Forsmark a été causé par une panne d'électricité, provoquée par un court-circuit hors de la centrale. «Le système de sécurité s'est déclenché comme prévu, c'est-à-dire que les réacteurs ont été mis à l'arrêt. Mais le problème est survenu au niveau du système de refroidissement, habituellement alimenté en électricité par le réseau électrique de la centrale. Quatre générateurs de secours ont été sollicités pour alimenter le système. Or deux seulement se sont déclenchés», explique Anders Bredfell, porte-parole de la SKI. Il a fallu attendre 21 minutes et 41 secondes pour que les deux autres soient activés manuellement.

Défaut de fabrication des batteries

«Grâce au démarrage automatique de deux des générateurs, le refroidissement des réacteurs n'a posé aucun problème», précise la direction de la centrale de Forsmark. Anders Bredfell ajoute : «A aucun moment, l'environnement ou la santé des gens vivant dans les alentours n'a été en jeu.» Dans un rapport remis à la SKI, la direction de Forsmark pointe du doigt un défaut de fabrication des batteries utilisées pour démarrer les générateurs d'électricité. Depuis, la SKI a demandé aux trois centrales de faire le point sur leur système de sécurité. La compagnie OKG, qui intervient à Oskarshamn, a décidé d'arrêter deux de ses trois réacteurs. Car, si la direction d'OKG pouvait assurer, mercredi, qu' «un des trois réacteurs est construit et équipé pour faire face à ce type d'incident», elle confessait avoir besoin d' «analyses supplémentaires» avant de se prononcer sur les deux autres.
Depuis mercredi soir, cinq des dix réacteurs nucléaires suédois sont donc à l'arrêt. L'un en raison de travaux de maintenance. Quatre, parce que leur système de sécurité a montré des défaillances. Sur le marché nordique de l'électricité Nord Pool, les conséquences de l'incident n'ont pas tardé à se faire sentir puisque, dès jeudi matin, le prix de l'électricité était à la hausse. Mais les autorités rassurent : aucun risque de pénurie n'est à craindre.
Reste qu'à un mois des législatives en Suède, les événements de ces derniers jours ont réveillé les passions. Certains sont même allés jusqu'à déclarer qu'il s'agissait de «l'incident le plus grave depuis Tchernobyl» (lire ci-dessous). Des «propos idiots», selon Anders Bredfell. Mais le leader des Verts, Peter Eriksson, prend ces déclarations très au sérieux. Il a réclamé que le parc nucléaire suédois fasse l'objet d'une enquête approfondie : «Nous devons de nouveau nous poser des questions fondamentales concernant les risques d'un accident, les faiblesses et les carences de sécurité qui sous-tendent l'utilisation du nucléaire.»

Revirement dans les sondages

Lors d'un référendum en 1980, 58 % des Suédois s'étaient exprimés en faveur du démantèlement progressif de leur parc nucléaire. Mais, depuis, le ton du débat a changé. Si deux réacteurs ont été fermés en 1999 et 2005, le gouvernement social-démocrate a décidé de renoncer à l'ultimatum, fixé à 2010, pour l'abandon définitif du nucléaire civil en Suède. Aujourd'hui, les trois centrales et leurs dix réacteurs fournissent 40 % de l'électricité consommée par le royaume. Or, selon un sondage réalisé en juin par l'institut Temo, 85 % des Suédois seraient désormais favorables à la poursuite de l'utilisation du nucléaire civil.


Anne-Françoise HIVERT
libération
Revenir en haut Aller en bas
caroslo
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 378
Localisation : SLOVAQUIE-retour en France !
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: incident à la centrale tchèque de Temelin   23.08.06 11:33

Fuite d'acide dans l'aire de la Centrale nucléaire de Temelin


Une fuite de 100 à 200 litres d'acide nitrique a été signalée dans l'aire de la Centrale nucléaire de Temelin en Bohême du Sud. L'acide a été neutralisé par les pompiers et l'accident est resté sans conséquences. Personne n'a été blessé.


Radio.cz INFO du 22 08 2006
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tchernobyl   Aujourd'hui à 15:06

Revenir en haut Aller en bas
 
Tchernobyl
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chévre de Tchernobyl
» [Site] La bataille de Tchernobyl
» Fermeture du forum
» La radioactivité et les aciers Chinois ...
» [post déplacé] Grosse mouche?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale :: Histoire-
Sauter vers: