Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale

Tout sur la gastronomie, l'histoire, l'actualité, les voyages en Europe Centrale et en Europe Orientale.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Souvenirs (suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
bor
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 431
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Souvenirs (suite)   29.12.16 16:56

Bakonyi a écrit:
Un beau jour , au printemps ,(--)
 Et vers 11 heures , minuit , un chant . Un chant merveilleux : c'était un rossignol qui nichait dans les buissons . Et il chantait , chantait !
Quel beau souvenir en effet: merci de l'avoir partagé!

Sans doute ceux que l'on trouve ne seront jamais comme celui de ton souvenir,
néanmoins:

http://www.oiseaux.net/oiseaux/rossignol.philomele.html

http://www.dailymotion.com/video/x9mzab_chant-d-oiseau-le-rossignol_news

http://www.dailymotion.com/video/x338oy7_le-chant-du-rossignol_animals
Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 481
Age : 85
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Souvenirs (suite)   29.12.16 17:01


Un souvenir

Donc nous sommes en 1952 , plus précisément le deux décembre .
Je travaillais dans une entreprise qui employait deux à trois cents salariés ( suivant les saisons ) . Des chantiers de montagne , pour EDF , centrale hydroélectrique , tunnels pour amener l'eau vers l'usine , etc . Etant dessinateur et aide-géomètre , j'avais des contacts avec les gens de l'atelier qui exécutaient certains de mes dessins . Aussi , j'étais invité au banquet organisé pour la Saint Eloi , patron des orfèvres , et par extension aux métiers travaillant les métaux .
Après le banquet , tard dans la soirée , avec un des mécaniciens , nous sommes partis pour le ' » coup de l'étrier «  .
Ce jour là , il y avait un bal , alors nous avons atterri au comptoir de la salle de bal . Tout en buvant , j'ai remarqué trois jeunes filles . J'en connaissait deux , qui étaient dactylos dans l'entreprise , au bureau où je travaillais . Mais mon regard était accroché par la troisième . Alors , moi , qui n'ai jamais mis les pieds dans un bal , qui n'a jamais esquissé le moindre pas de danse , je me suis lancé .
Une fois les présentations terminées , je l'ai invité à danser . Arrivé sur la piste de danse , je lui ai avoué que je n'ai jamais dansé . Et je lui ai promis que je ferai tout mon possible pour ne pas marcher sur ses pieds . Elle a esquissé un sourire , et nous nous sommes lancé .
D'abord je lui ai expliqué mon ignorance , puis nous nous sommes mis à parler de « mille » choses . Comme c'était la dernière danse du bal , elle a durée une demi heure .
Elle est partie avec ses deux copines , elles n'habitaient pas loin , cote à cote .
Moi aussi , j'ai pris le chemin de la maison . Oh , je n'habitais pas loin , dix à douze minutes de marche . Mais cette nuit , j'ai mis une heure pour faire le trajet . Chaque cinq pas je m'arrêtais , je repensais a la soirée , à cette danse . Mais surtout à cette fille , à notre longue conversation . Dans ma tête c'était un tourbillon . Petit à petit j'ai mis de l'ordre dans ma tête , dans mes idées .
Arrivé devant la porte , j'étais fixé , ma résolution prise et j'ai décidé qu'elle sera ma femme .
J'ai vécu 60 ans de bonheur a coté d'elle .

Revenir en haut Aller en bas
bor
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 431
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Souvenirs (suite)   29.12.16 17:12

Merci beaucoup pour ce partage très émouvant!

Bakonyi a écrit:

              Un souvenir

          Donc nous sommes en 1952 , plus précisément le deux décembre  .

La météo ce jour-là:
http://www.meteopassion.com/almanach-meteo-du-2-decembre.php
+19° dans le sud - donc chez toi, chez vous, alors!
-2 dans le nord!



Dernière édition par bor le 29.12.16 20:35, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 481
Age : 85
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Souvenirs (suite)   29.12.16 17:27



Et pour clore , permettez moi citer Marcel Pagnol ( Manon des sources )

Ainsi fini cette histoire vécue , " poils au c. . "
Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 481
Age : 85
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Souvenirs (suite)   24.02.17 17:16



Réfugié .

Je suis un réfugié , comme peut-être certains d'entre vous . Ou des descendants de réfugié .
Aujourd'hui nous entendons beaucoup parler des réfugiés . Et bien peu de personnes les acceptent .
Alors , je vais raconter «  ma vie de réfugié «  .
Au collège , il y avait deux «  camarades «  qui m'en faisaient la reproche . C'est peu pour 120 élèves ( chiffre approximatif ) . On était gamins , alors j'ai réglé la question en leur cassant » la gueule « .
A la place de devenir ingénieur agronome , j'ai appris à pousser la lime . Heureusement j'étais passionné de trigonométrie et de logarithmes , et aussi de dessin industriel . N'ayant qu'une carte de travail d'ajusteur , mon embauche a créé quelques difficultés , dans les Hautes Pyrénées il y avait des ajusteurs sans travail . Et en plus je « n'ajustais « pas .
Comme j'ai déjà écrit , je me suis assez bien débrouillé . J'avais des amis , là , et un peu partout où le travail m'obligeait d'aller . ( j'ai fait des chantiers en Normandie , à Tours , en Auvergne , en Bourgogne , en Champagne . . . ) Avec ces amis , il était tot ou tard question des étrangers . Et tous avaient peur des étranger . Moi , j'intervenais : attention , je suis étranger , un réfugié . Leurs réponses était invariable : mais toi ( ou vous ) ce n'est pas pareil . Je tentais d'expliquer que tous les réfugiés était comme moi : fuyant quelque chose : la guerre , la misère , l'insécurité . Mais il n'y avait rien à faire : toi ce n'est pas pareil .
Bien entendu , aujourd'hui , la question des réfugiés préoccupe , et moi je ne peux que répéter : attention , je suis un réfugié . Et la réponse est toujours la même .
Je m'excuse de parler de ça , mais c'est une question qui me préoccupe , et qui me tient à cœur . Qui fait aussi partie de mes souvenirs .
Revenir en haut Aller en bas
bor
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 431
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Souvenirs (suite)   26.02.17 19:00

Tu as raison d'insister!
Mais pourquoi en est-il toujours ainsi ?
être réfugié, ça peut arriver un jour à tout le monde!

Le chant du réfugié - Slim Daouzli --- a écrit:

Dans les murs de la liberté j’ai été enfermé.
Le froid du dehors et la glace dans les cœurs
Ont été les témoins de mes premières heures.
Je suis arrivé, mais mon cœur est blessé.

Tous ces gens me regardent étonnés, agacés.
Dérangeant, cet étrange étranger
http://www.centreafrika.com/lechantdurefugie.htm
Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 481
Age : 85
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Souvenirs (suite)   24.03.17 17:40

Trois petites histoires de chasse .
Ce n'est pas de la traduction , ces histoires je les ai vécues .

Dans les Pyrénées , pas loin de Gavarnie , à un endroit nommé Castillon , nous étions trois chasseurs à la queue leu leu . Nous marchions dans des buissons de myrtille , quelques sapin , un endroit idéal pour le coq de bruyere . Comme le coq est friand de myrtille , nous espérions d'en trouver . Nous étions aux aguets , les fusils chargés , prêts à tirer . Mon frère marchait en tête .
Tout d'un coup : BRRRRR un coq s'envole dix mètres devant mon frère . Il ne bouge pas , le coq disparaît dans des sapin à une centaine de mètres . Et mon frère se retourne vers nous en disant : ah ! Il était beau celui-là !
En rentrant bredouilles , l'ami qui était avec nous dit à mon frère : tu l'as échappé bel ! De colère , j'ai failli te tirer dans le dos . Laisser passer un si beau coq sans lever le fusil !

Un jour en Sologne , il pleuvotait avec un mélange de neige . Mon frère voulait quand même aller chasser . Je n'ai pas pris mon fusil . Nous n'avons rien vu . Mauvaise visibilité , et avec un mauvais temps le gibier ne bouge pas . Mon frère me passe son fusil , il allait voir dans un buisson , peut-être il lèvera un faisan. . Rien . Passe un vol d'étourneaux . Il me dit : tir dans le tas , pour vider le fusil . Donc je tire deux fois , je vide le fusil . Huit ou dix étourneaux tombent .
Et un lièvre qui détal d'une haie à dix pas de nous . Il s'est tapi , mais les coups de fusil l'ont fait déguerpir .
Mon frère cri : tires . Mais le fusil est vide . Mais ça ne fait rien tires quand même !
La chasse était termine pour ce jour .


Toujours en Sologne , mais un temps clément . Nous étions trois chasseurs : mon frère , un ami et moi . Et un ami nous accompagnait , mais il ne chassait pas . Nous n'avions pas de chien , et pour chassez le petit gibier avec succès , il faut un chien . Nous avons pu avoir trois ou quatre pigeons ramier ( on les appelle palombes dans le sud-ouest ) . En somme bien peut de chose .
En traversant un grand pré , notre ami non chasseur , se baisse , et tire un lapin d'un terrier .
Il le lève pour faire «  le coup du lapin «  . Nous trois , nous protestons : ah non , il faut lui laisser une chance ; On se met à coté de toi , tu le lâche , et nous le tirons . A trois , nous avons tiré six coups de feu . Et le lapin courait encore plus vite . Mon frère dit : il a eu sa chance . L'ami , qui a attrapé le lapin nous dit : la prochaine fois avant de le lâcher , j'attacherai une ficelle à une de ses pattes , comme ça je mangerai du lapin .


Eh ! Oui . Des souvenirs aussi .
Revenir en haut Aller en bas
bor
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 431
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Souvenirs (suite)   25.03.17 3:25

Toujours inattendue l'expérience vécue!
Et toujours avec talent tu racontes bien!
La chasse, ce fut vraiment ton dada!

Mais comment devient-on chasseur ?
Le service militaire (obligatoire jusqu'en 1996) y est sans doute pour beaucoup, puisqu'on y apprend le maniement des armes (je suppose, car j'ai réussi à y échapper)

Comment es-tu devenu chasseur ? (car toi, tu as sans doute échappé aussi au service militaire, en tant qu'Hongrois... A moins que tu aies dû le faire...)

Si cela n'est pas trop indiscret (pour être publié ici), raconte un peu si ou quand tu es devenu Français, si tu fis ton service et comment t'es venue la chasse!
Libre à toi d'y répondre un peu, beaucoup, partiellement ou pas du tout!
Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 481
Age : 85
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Souvenirs (suite)   25.03.17 13:04



Tu me poses des drôles de questions . Pas grave , je vais répondre , avec succès j'espère .

Non , je n'ai jamais fait l'armée .
Quand j'avais 20 – 22 ans , j'ai essayé de me faire naturaliser . Mais à ce moment le rideau entre l'est et l'ouest était déjà installé . Et la naturalisation était très compliquée à ce moment . Il fallait des tas de papiers , que je ne pouvais pas avoir , étant réfugié . La seule réponse que j'avais des autorités hongroise était de rentrer en Hongrie , et faire mon service militaire .
Pour devenir français , il y avait une clause . Si j'avais fait mon service dans l'armée française , je pouvais avoir la nationalité .
Donc , je commence à me renseigner . Quitte à m'engager pour trois ans dans l'armée coloniale . A cette époque l'armée cherchait des engagés pour l'Afrique . Donc , je postule . Une réponse décevante : vous n'êtes pas français , vous ne pouvez pas vous engager . Et boum .
Mais ils me disent que je peut m'engager dans la Légion étrangère . Pour cinq ans . Alors là , je n'étais pas d'accord .
Je voulais bien apprendre à des jeunes africain à limer , se servir d'un tour ou une fraiseuse , mais aller me faire tuer en Indochine , très peu pour moi . Oui , à cette époque les jeunes militaires avec un BEI , ou BEC , servaient à instruire en Afrique .
Finalement , c'est en 1976 que j'ai eu ma naturalisation . Je voulais revoir la Hongrie , alors il me fallait la protection française pour ne pas avoir des ennuies en Hongrie .
Tout ça paraît compliqué . Mais il y a pire : la chasse .
Pour être un vrai chasseur , il faut être chasseur depuis la naissance . Voir dans l'entrée une magnifique tête de cerf , avec des bois impressionnants tué par mon père . Une tête de chevreuil dans la salle à manger . Voir dans le tiroir du bureau de mon père quelques paires de défenses de sanglier . Voir un fusil , cartouchière et cartouches dans l'armoire . Etre endormi en écoutant des récits de chasse , entouré de livres de chasse , où avant de savoir lire on regarde les photos , puis on va les lire dès 7 – 8 ans , à la place d'apprendre ses leçons , parfois en cachette .
Avoir un fusil à bouchon à quatre ans , et chasser les mouches sur les fenêtres . Très mal vue cette chasse parce que les mouche écrasées sur le verre , ça laisse des traces , assez dégoutantes .
Puis , à peine après 7 ans , commencer à chasser les moineaux avec une carabine de 9 mm . C'était la distraction des dimanchess matins en rentrant de la messe . Puis avoir une vrai carabine , une Mauser , à 13 ans . Je ne m'en suis servie que pour quelques tires au cible . Mais pas souvent . Elle n'était pas « tendre » . Elle me donnait des gifles , et rendait mon épaule toute bleue .
Après la guerre , en France , vers 22-23 ans mon « arsenal «  était composé : d'un pistolet de tire calibre 22 , à dix coups , D'un fusil de chasse calibre 12 à répétition à quatre coups , d'une carabine MAS transformée pour la chasse de 8x70 à répétition 5 coups .
Ma femme avait peur du pistolet , alors je l'ai vendu en 58 . La carabine , je l'ai prêtée à mon frère , qui l'a perdue en montagne en 1957 . Mais dans les années1990 , j'ai racheté une carabine de 22 LR à dix coups , système Winchester , avec une lunette viseur . Elle n'a jamais servie , mais elle était belle , alors . . .
J'ai arrèté la chasse vers 30 ans . J'ai très peu tiré , et encore moins tué . Mais j'ai raconté quelque part la chasse à l'izard . Peut-être tu vas retrouver ce récit .
Mais j'ai continué à me promener dans les forêts , avec ma famille , sans fusil , juste avec un couteau pour ramasser des champignons .
Voilà la vie d'un « chasseur » de 7 à 30 ans .
Ajourd'hui , j'ai mes idées sur la chasse , bien entendu , mais tendance écolo . Mais je ne suis pas contre une chasse raisonnable . La multiplication immodérée du gibier peut causer des ravages dans l'agriculture . Il faut maintenir un équilibre , même dans les réserves .
Oh , je crois que je m'arrête là .
Revenir en haut Aller en bas
bor
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 431
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Souvenirs (suite)   26.03.17 4:32

Rendben - köszönöm
Jobban te megértem!
Bakonyi a écrit:
j'ai raconté quelque part la chasse à l'izard ..
Premier post dans cette page  Arrow http://www.hongrieforum.com/phpbb/viewtopic.php?t=6106&highlight=isard

Et j'ai retrouvé cette page: http://www.hongrieforum.com/phpbb/viewtopic.php?t=6346&postdays=0&postorder=asc&highlight=oiseau&start=0
où je citais de tes propos sans doute tirés de tes souvenirs:
Bakonyi a écrit:
Pour ma part , j'ai pendant longtemps privilégié les livres qui traitent de la chasse . Sans doute parce que la bibliothèque de mon père en contenait beaucoup , à coté des livres sur l'art et de littérature .


Outre la chasse, ton autre passion concerne les oiseaux
Tu en as parlé dans le post daté 23 08 2005 dans la première page de tes souvenirs: http://www.hongrieforum.com/phpbb/viewtopic.php?t=3272
Bakonyi a écrit:
Comme je voudrais être un grand écrivain pour raconter ce spectacle de la nature sauvage . A ce moment c'était encore un coin de la nature presque primitive, on peut dire naturel. J'ai bien peur que de nos jours peu de gens ont connu pareil spectacle . Et justement, le spectacle était on peut dire permanent .
Un nid de loriots était vite repéré, oiseau assez commun en Hongrie , sur un saule qui poussait à quelques mètre de la maison . J'allais rendre visite à ces oiseaux tous les jours . J'aimais regarder leur plumage gris avec des taches jaunes éclatantes . Et leur chant , mélodieux mais court, qui répétait inlassablement : huncut a biro fia ( le fils du maire est malicieux ) .
Beaucoup plus difficile était de repérer les oiseaux vivant exclusivement dans les reseaux: fauvettes, bruants ... Dans les buissons bordant la grande roselière il y avaient aussi des nids de pie-grièche, prédateur minuscule, mais combien cruel, des nids de roitelet et autres petits passereaux .
Mais de toute raçon le spectacle était permanent sur le marais . Sur la partie du marais entre la maison et le grand prés, où il n'y avait pas de roseaux, que l'on pourrai appeler "eaux libres" les oiseaux etaient nombreux .
Il y avait toujours quelques foulques ou poules d'eau à regarder jouer à cache-cache . Essayer de les approcher de plus prés, et hop! elles disparaissaient sous l'eau, pour reapparaitre vingt mètres plus loin .
On pouvait voir aussi des vanneaux. Soit au repos dans l'herbe, soit en train de voler au dessus du marais . A cause de leur cris désagréables ils étaient faciles à reperer .
J'étais émerveillé par le vol des bécassines , bécassins et courlis de différents tailles . Leur vitesse était incomparable , sans compter les zig-zags, virages , piquets et chandelles . Et ils tournaient inlassablement, interminablement avant de se poser sur l'eau . Mais à la moindre alerte, la sarabande aérienne recommencait , vertigineuse .
Les "visteurs" étaient des oiseaux que l'on pourrait qualifier de plus nobles . Les plus fréquents étaient les hérons ( szürke gém ) . Ils se posaient dans l'eau peu profonde , arpentaient l'étang lentement en donnant de temps en temps un rapide, presque invisible , coup de bec dans l'eau . En un mot, ils péchaient . Ils restaient là un quart d'heure, une demi heure , rarement plus .
Bien plus beaux etaient les spatules ( kanalas gém ) , ces échassiers au plumage uniformément blanc, avec leur bec bizarre en forme de spatule , comme leur nom l'indique . Leur façon de pécher était totalement différente de celle des grues ; Ils avançaient lentement , leur bec sous l'eau, et ils decrivaient des arc de cercles avec leur tête, comme la faux d'un moissonneur, tout en avancant . En faisant cela ils filtraient l'eau avec leur bec muni de fines dents, et recueillaient de minuscules mollusques, crustacés, larves et vers , leur nourriture .
Mais le prix de la beauté revenait sans conteste à l'aigrette , au plumage d'une blancheur immaculée . C'est vraiment un oiseau de toute beauté, gracile, noble .

Peut-être auras-tu encore envie d'en parler, de raconter de nouvelles choses...
Vaste sujet les oiseaux - un site pour t'inspirer Arrow http://www.pel.hu/
(Bien plus intéressant que tous les "palmipèdes" au ras des pâquerettes qui battent campagne...)

Bakonyi a écrit:
Un beau jour , au printemps ,(--)
Et vers 11 heures , minuit , un chant . Un chant merveilleux : c'était un rossignol qui nichait dans les buissons . Et il chantait , chantait !
97.  Le rossignol  -  (Alphonse Lamartine) Arrow http://www.historel.net/poesies/poesie19.htm

Versek madarakról http://kovacsneagi.qwqw.hu/?modul=oldal&tartalom=1119690
Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 481
Age : 85
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Souvenirs (suite)   29.03.17 11:42

Les oiseaux ?
Alors je commence par ce que j'ai déjà écrit .
Quad on tuait le cochon , le jour même nous suspendions un morceau de lard gras sur un arbre . C'était le régal des mésanges ( bleus et rarement noirs ) . Ils venaient visiter les arbres du jardin en hiver . A d'autres époques de l'années , ils étaient très rares . On pouvait voir aussi des chardonnerets élégants ( vous savez ces petits oiseaux avec une belle tâche rouge sur la tête ) , mais ils ne se posaient pas , ils ne faisaient que traverser le jardin , avec leur vole « odulé ».
En hiver on pouvait voir assez souvent des bergeronnettes . On ne les voyait qu'en hiver . Quand la neige recouvrait les champs , et elle ne trouvait plus rien à manger . Elle venait pour profiter , surtout , des grains non ou mal digérés qu'elles trouvaient dans les crottins des chevaux , tout comme les moineaux . Il est vrai que dans notre rue il ne passait presque jamais des trénaux , alors on en voyait rarement . Mais dans les rues plus proches du centre , elles venaient souvent . Il faut dire que personne ne les dérangeait . Un oiseau , tout petit , tout mignon , j'en ai vu très rarement , c'était le roitelet . Quand on s'approchait , il s'enfuyait , moitié en sautillant moitié en voletant de branche en branche , et finissait par disparaître dans les buissons .
En hiver , arrivaient près des maisons , à portée de fusil , des vols de corneilles de cinquante à cent oiseaux , des noirs ou des mantelés , ou les deux mélangés . Ils venaient poussés par la faim se ravitailler pré des hommes , pré des habitations , cherchant dans les ordures des restants de nourritures . Un oiseau qui faisait des dégâts dans les champs de blé , c'était la tourterelle . Un bien joli oiseau , dont j'aimais bien le chant , plus exactement le roucoulement . Il y en avait beaucoup autour du Balaton , et n'étant pas farouches , elles venaient se poser tout pré des maisons .
Je ne reviendrai pas sur le loriot , j'en ai déjà parlé , ni sur le rossignol , que je n'ai jamais vu , mais souvent entendu
J'ai aussi parlé déjà des faucons crècerelles , plus rares autour de la maison qu'au bord du Balaton .
Quelques fois des milans noirs venaient roder , en tournoyant dans le ciel au dessus de la basse cour , surtout quand il y avait des poussins ou des jeunes poulets . Quand on les voyait , avec mon frère nous allions dans le jardin , en nous mettant bien en évidence . Alors , nous voyant , ils ne tardaient pas à s'éloigner .
Nous pouvions voir quelques fois des rapaces poursuivant un vol de pigeons ( un de nos voisins avait un pigeonnier ) , mais trop loin pour pouvoir l'identifier : faucon ? autour ? ou épervier ?
Voilà pour les oiseaux que j'ai connu . Nous n'en avions pas d'oiseaux en cage . Ma mère et mon père étaient contre .
Les moineaux , j'en ai parlé aussi , je les chassais à 7 ans .
Mais il y a quelques temps la fenêtre de la chambre et de mon «  bureau «  , donnaient sur un grand mur . C'était le pignon d'un gymnase . Mur en briques , sans ouverture . Ce mur était couvert de lierres . Et ils étaient remplis de nids de moineaux . J'aimais bien entendre leurs piaillements vers le soir , quand ils regagnaient leurs nids . Et un beau jour ( je devrais dire mauvais jour ) , on est venu couper le lierre , enlever les racines aussi . Et ils ne m'ont laissé qu'un mur en briques , muet .
D'ailleurs , il paraît qu'il y a de moins en moins de moineaux , destruction de leur habitat et victimes des pesticides et autres produits qui soit disant «  protègent «  la nature .
J'ai trouvé un passage de mon « auteur préféré «  , je vais le traduire et mettre dans les « ouvrages » ;
Revenir en haut Aller en bas
bor
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 431
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Souvenirs (suite)   29.03.17 22:42

Merci bien, on s'y croirait
Je mets en valeur ces oiseaux:
Bakonyi a écrit:
Quand on tuait le cochon , le jour même nous suspendions un morceau de lard gras sur un arbre . C'était le régal des mésanges ( bleus et rarement noirs ) . Ils venaient visiter les arbres du jardin en hiver  . A d'autres époques de l'années , ils étaient très rares . On pouvait voir aussi des chardonnerets élégants ( vous savez ces petits oiseaux avec une belle tâche rouge sur la tête ) , mais ils ne se posaient pas , ils ne faisaient que traverser le jardin , avec leur vole « odulé ».
En hiver on pouvait voir assez souvent des bergeronnettes .  On ne les voyait qu'en hiver . Quand la neige recouvrait les champs , et elle ne trouvait plus rien à manger . Elle venait pour profiter , surtout , des grains non ou mal digérés qu'elles trouvaient dans les crottins des chevaux , tout comme les moineaux . Il est vrai que dans notre rue il ne passait presque jamais des trénaux , alors on en voyait rarement . Mais dans les rues plus proches du centre , elles venaient souvent . Il faut dire que personne ne les dérangeait . Un oiseau , tout petit , tout mignon , j'en ai vu très rarement , c'était le roitelet . Quand on s'approchait , il s'enfuyait , moitié en sautillant moitié en voletant de branche en branche , et finissait par disparaître dans les buissons .
En hiver , arrivaient près des maisons , à portée de fusil , des vols de corneilles de cinquante à cent oiseaux , des noirs ou des mantelés , ou les deux mélangés . Ils venaient poussés par la faim se ravitailler pré des hommes , pré des habitations , cherchant dans les ordures des restants de nourritures . Un oiseau qui faisait des dégâts dans les champs de blé , c'était la tourterelle . Un bien joli oiseau , dont j'aimais bien le chant , plus exactement le roucoulement . Il y en avait beaucoup autour du Balaton , et n'étant pas farouches , elles venaient se poser tout pré des maisons .
Je ne reviendrai pas sur le loriot , j'en ai déjà parlé , ni sur le rossignol , que je n'ai jamais vu , mais souvent entendu
J'ai aussi parlé déjà des faucons crècerelles , plus rares autour de la maison qu'au bord du Balaton .
Quelques fois des milans noirs venaient roder  , en tournoyant dans le ciel au dessus de la basse cour , surtout quand il y avait des poussins ou des jeunes poulets . Quand on les voyait , avec mon frère nous allions dans le jardin , en nous mettant bien en évidence .  Alors , nous voyant , ils ne tardaient pas à s'éloigner .
Nous pouvions voir quelques fois des rapaces poursuivant un vol de pigeons ( un de nos voisins avait un pigeonnier ) , mais trop loin pour pouvoir l'identifier : faucon ? autour ? ou épervier ?
Plus tard, peut-être, je compléterai par une image!
Bakonyi a écrit:
J'ai trouvé un passage de mon « auteur préféré «  , je vais le traduire et mettre  dans les « ouvrages » ;
Ah, merci d'avance


Dernière édition par bor le 30.03.17 23:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 481
Age : 85
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Souvenirs (suite)   30.03.17 11:58

Excuses moi Bor , mais la dernière ligne de ton message comporte une erreur il faut mettre "autour " et non vautour comme tu as écrit . D'abord il n'y a pas de vautours en Hongrie , et puis le vautour ne chasse pas , c'est un charognard .
Alors autour c'est plusieurs types . En France le plus connu est l'autour des palombes .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souvenirs (suite)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenirs (suite)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» La royale suite 95 double!!!Photos bas p.1
» MORT de mes poissons suite à traitement avec EKTOL de JBL , POURQUOI ??
» Catastrophe à l'Ile de Ré suite à la tempête Xinthia
» Souvenirs des Cévennes (Août 2009)
» tremblement suite à des décharges électrique.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale :: Vie quotidienne-
Sauter vers: