Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale

Tout sur la gastronomie, l'histoire, l'actualité, les voyages en Europe Centrale et en Europe Orientale.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Széchenyi Zsigmond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
bor
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 433
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Széchenyi Zsigmond    21.03.17 6:56


Nem tovább a te fordítás?  scratch Már elfáradsz ?   Vagy mint robotol szünet nélkül dolgozol ?    Tőled még és még valamit várunk újra, legyel szives! Előre is köszönöm sunny


http://www.balterjozsef.hu/fenykepek/vadaszfestmenyek---hunting-scenes---jagdbilder/szent-hubertus-jelenese.-.html
Balter József festőművész
http://www.balterjozsef.hu/
Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 490
Age : 86
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Széchenyi Zsigmond    21.03.17 13:01

Tu sais Bor , je m'en suis un peu lassé des traductions . Mais d'accord , je vais m'y remettre bientôt . C'est promis .
Je recommence demain , mais cela ne paraitra que dans quelques jours . Je ne veux pas mettre quelques lignes , cela me parait mesquin . Et pour faire une "bonne" page , il faut me laisser un peu de temps .
Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 490
Age : 86
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Széchenyi Zsigmond    22.03.17 16:04



Je vais essayer de raconter des extraits , assez librement parfois , d'un livre sur l'Inde :
c'est : NAHAR ( TIGRE ) . Cela se passe l'hiver 1937-1938 . Au pays des maharadjas , les fastes de ces «  souverains «  . Entre guillemets , parce que malgrè leur richesses , ils sont controlés par l'Angleterre , omniprésente avant la guerre .
Je ne sais pas par où commencer : embarquement en Italie , débarquement à Bombay , une aperçue de Bombay , le polo à Calcutta , l'arrivée à Jaipur ou directement la chasse au tigre .
Notre bateau , le Conte Verde , accoste . Dans le tohu-bohu du débarquement , une voix crie mon nom . C'est Victor . Il m'a été recommandé par un ami qui a voyagé en Inde . Il m'a dit que Victor est très util, comme valet de chambre , femme de chambre , et il est au courant de la vie chez les maharadjas , et peut nous donner des conseils . Il m'a dit que sans l'aide d'un autochtone , il est très difficile de voyager , surtout avec beaucoup de bagages , et nous en avons beaucoup . Dix fois plus que pour un safari africain (d'ailleurs , j'aurais préféré aller en Afrique ) . Mais voilà F ( pour épargner du papier et aussi pour faciliter mon travail , j'abrège feleségem , mon épouse , avec la lettre F ) voulait aller en Inde .
Victor a l'air d'un gitan , la peau foncée , les cheveux noirs en bataille . De sa poche dépasse un genre de chapeau mou , à petits carreaux . Il explique qu'il ne l'utilise que quand nous serons en voyage . Il se charge de nos bagages avec une douzaine de coolis . Comme je lui fait remarque que ça va couter cher , il m'explique que c'est deux roupis , peu importe qu'il y en ait deux ou douze .
A la douane , pas de problèmes . Dès que je fais voir la lettre de recommandation de l'ambassadeur d'Agleterre à Budapest , il appose son tampon sur tous nos bagages . Alors que le pauvre hindou qui rentre chez lui après des études en Angleterre , il doit tout déballer , jusqu'au dernier bouton de chemise .
Nous prenons possession de nos deux chambres à l'hôtel Taj Mahal . Après la chaleur étouffante , nous grelottons dans l'air conditionné . Nous arrêtons le système , et mettons en route les ventilateurs .
Pendant notre court séjour à Bombay , nous visitons les Tours du Silence . A Bombay il y a beaucoup de parsis . Ces tours servent de «  tombeau «  . On pousse les défunts nus par une ouverture qui se trouve à une certaine hauteur , et les vautours font le reste . D'ailleurs ils tournent au-dessus des tours . Notre guide nous dit que c'est l'heure des premiers «  enterrements « , et les oiseaux connaissent l'horaire .
Nous nous sauvons .
Le lendemain après midi , visite d'un cimetière hindou . Apparemment les programmes pour les voyageurs comporte chaque jour une visite de cimetière . Donc nous pénétrons dans ce cimetière entouré d'un haut mur . Une odeur de fumée et de chaires brulées à soulever le cœur . Le chef des cérémonies nous accueille , désolé . «  Pas de cadavre , pas de cadavre Sahib , il s'excuse pour ce contre-temps . Il nous prie de revenir dans une heure , il va mettre de coté un « sujet » . Nous sommes trop contents de nous échapper , et de ne pas revenir .
Retour à l'hôtel , nous regardons depuis le balcon . Les passants grouillent dans la rue . Et tiens , j'aperçois un faucon crécerelle sur le toit d'une maison pas trop loin . Branle bas de combat . Je prend la petite carabine walter , je la charge . F passe dans le couloir , pour surveiller , pour éviter d'être surpris en plein braconnage . Et l'oiseau tombe dans la rue . Les piétons passent , sans faire attention .
Le soir nous mangeons dans une immense salle à manger . Au plafond il y a d'innombrable « pounka » , ventilateurs électriques : des petits , des très grands , des lents ( peut-être fatigués , trop vieux ) et des très rapides . Et un orchestre aussi , qui joue pour faire danser les dineurs . J'ai horreur de ces soupers dansants . Vous êtes obligé de laisser votre entrecôte et la sauce béarnaise , et vous trémousser sur le parquet . Resultat , quand vous revenez l'entrecôte est glacé , immangeable . J'ai horreur de ça .
Nous nous impatientons , et ces grands hôtels coutent cher . Nous recevons un message du maharadja de Jaipur . Il nous demande de le rejoindre à Calcutta . Il participe au championnat de polo . Et de là , nous partirons à Jaipur , à la chasse au tigre . Formidable . Nous faisons nos bagages , et prenons le train . Victor , avec son chapeau à carreaux , prend en main la direction des opérations . Il nous trouve une cabine couchette pour deux personnes . Mais dans ces trains il n'y a pas de wagon restaurant , et les couchettes ne sont que du bois , sans matelas ni couverture . Mais Victor a tout prévu . Pour chacun un matelas et des couvertures , enroulés , serrés avec des sangles en cuire . Et aussi un réchaud à alcool avec des provisions , des ustensiles .
Pendant le voyage il vient nous voir à chaque arrêt . Le soir il prépare nos lits , le matin il est là pour notre petit déjeuner , et prépare nos repas de midi et soir . Le voyage dure deux jours .
Que dire de Calcutta ? C'est Bombay en plus sale , et plus chaud . Le maharadja nous fait visiter le terrain de polo , et nous invite à voir les matchs . Je tente de lui expliquer que nous ne sommes pas venus pour voir jouer au polo , mais pour chasser . Il demande un peu de patience . Dès que le championnat est terminé , nous irons , F et moi à Jaipur , il nous rejoindra un peu plus tard .
Bon . Faute de mieux , nous assistons à quelques matchs de polo . Enfin , c'est le final : Jaipur contre Bohpal . Nous nous demandons à quelle équipe nous devons accorder notre faveur . En effet , les deux maharadjas nous ont invité pour chasser le tigre .
Et c'est Jaipur qui gagne . Une équipe composée uniquement par des hindous , le maharadja et des membres de sa famille . Dans l'autre équipe il n'y a que le maharadja et un autre hindou , les autres sont des joueurs argentins . Le soir , un grand banquet avec la présence du vice-roi , qui était d'ailleurs sur le tarrain pour voir la finale , avec sa garde personnelle , tous des gaillards de deux mètres en uniforme éclatant .
Le lendemain nous reprenons le train , dans le wagon privé du maharadja . Lui , il reste à Calcutta encore quelques jours . Il nous rejoindra dans son avion .
Nous nous arrêtons à la frontière de l'état de Jaipur . Un orchestre militaire nous attend . Nous descendons et faisons connaissance avec Kesri , un aide de camp du maharadja , qui doit s'occuper de nous pendant notre séjour . Il nous fait monter dans une Royce-Roll , et nous dit de ne s'occuper de rien , tout est prévu .
Après un assez long trajet , nous arrivons au portail du château . De nouveau orchestre militaire , haie d'honneur de soldats en uniforme éclatant qui présentent les armes . On nous amène devant notre « logis » un bâtiment avec des colonnes de marbre , des tapis où nos pieds s'enfoncent . Ce petit bâtiment comporte une salle à manger , un grand et un petit salon , fumoir , deux chambres , deux salles de bains et une grande terrasse couverte . Partout des pelouses vertes ( malgrè le chaleur et la sècheresse ) , quelques arbres exotiques , des fleurs . Il y a plusieurs logis comme ça , et au milieu se dresse le château du maharadja . Piscine , cours de tennis , écurie , en somme tout ce qu'il faut pour se distraire .
Bon , je crois que vous en avez assez de ces fastes . Vous attendez la chasse . Je souhaite d'être à la hauteur pour la raconter .
Revenir en haut Aller en bas
bor
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 433
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: Széchenyi Zsigmond    15.05.17 16:24

Merci bien! Très intéressante introduction: on y apprend des choses!
Bakonyi a écrit:
Je souhaite d'être à la hauteur pour la raconter .

Code:
http://index.hu/mindekozben/poszt/2017/05/10/medve/
Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 490
Age : 86
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Széchenyi Zsigmond    19.05.17 9:52

Kedves Bor , et autres visiteurs ou lecteurs du Forum .
Oui , j'ai laissé tomber ma collaboration , pour le moment , j'espère . Je suis un peu fatigué , sans doute l'âge . Non , je ne suis pas malade , je n'ai pas " la longue maladie " comme on dit .
Non , c'est plutôt une question " mentale " . Je n'ai plus envie d'entreprendre , de continuer à taper sur l'ordinateur , des choses qui n'intéressent que Bor . Traduire à peu près convenablement est un travail pénible , parfois . Alors j'espérais un peu plus de "retours" . Et pourtant je me rend compte que certains lisent ces traductions . Sans doute pour passer le temps , sans êtres intéressés par ces lectures , par ennuie .
Alors , en espérant qu'un jour j'aurai le courage de recommencer , je vous dis au revoir .
Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 490
Age : 86
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: Széchenyi Zsigmond    21.05.17 11:44

Le 9 janvier
Jaipur , Rambagh Palace ( Rajputana )

Nous avons reçu les pantalons jodhpur . Nous les avons tout de suite enfilés , nous sommes devenus de véritables hindous , aux jambes en forme de «  tuyau de pipe «  . Moi , je ne garde pas longtemps ma nouvelle tenue . Je reprend mes pantalons de tous les jours . Au moins je peux les enlever tout seul ; Parce que pour enlever les jodhpurs , il faut de l'aide . En les retirant , les veines au cou de Victor se gonflent à cause de l'effort .
Mais à part des nouveaux pantalons , nous avons une bonne nouvelle . La nouvelle tant attendue : demain nous partons à la chasse au tigre ! Nous allons commencer les choses sérieuses . Terminé les banquets et autres soirées , les tenues de soirée . Nous allons habiter sous la tente , coucher sur des lits de camps durs , nous ferons connaissance avec les dangers de la jungle indienne .
Je suis curieux comment ces dames sensibles , habituées aux luxes de la ville , comment elles vont supporter la nourriture préparée dans des chaudrons suspendus au dessus du feu , à ciel ouvert . Et comment elles accepteront de se laver dans l'eau froide du ruisseau qui coule à coté du camp et d'autres inconvénients d'un camp de chasse ; Est ce qu'il ne vaudrait pas mieux de les laisser ici ? Surement elles préféreraient dormir dans des lits moelleux , confortables .
Avant de nous coucher , nous trions les affaires que nous emporterons . Deux ou trois jeunes aides de camps nous avaient dit de n'emporter que le strict minimum . Avec F nous nous demandons , est ce que nous n'allons pas mettre nos affaires dans un seul sac à dos , ou nous nous risquons de préparer nos affaires dans un sac pour chacun .
Nous faisons appel à Victor , il connait les habitudes de ces déplacements , il nous conseillera utilement . Nous lui exposons la situation . Il fait une tête bizarre . Comme si nous lui parlions en chinois . Puis – pour la première fois depuis notre rencontre – se met à rire . Il est secoué par le rire , il a bien du mal à parler . Un sac à dos , dit-il entre deux crises de rire , et les robes de soirée , et les smokings , comment les mettre dans un sac ?
Smoking dans la jungle ? Pour la chasse au tigre ? Et c'est notre tour de faire une drôle de tête . - Mais Victor , pourquoi pas un haut de forme ? Où allons nous ? A un bal de la cour ? J'ai participé à beaucoup de camps de chasse , et je n'ai jamais eu besoin d'un smoking .
Pourtant il en faut – dit Victor – une fois redevenu sérieux .
Il paraît que les jeunes officiers se moquaient de nous . Nous pouvons emporter même des malles de bateau , autant de coffres que nous voulons , il y a assez de place , assez de véhicules pour tout emporter .
Pourvu qu'il y ai des tigres aussi .

C'est un peu court , mais pour le moment c'est tout ce que j'ai .
Je ferai mieux la prochaine fois ( j'espère ) .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Széchenyi Zsigmond    

Revenir en haut Aller en bas
 
Széchenyi Zsigmond
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Budapest : La perle du Danube
» [Parnassius (Koramius) szechenyi]La promenade au Parnasse 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale :: Ouvrages et auteurs-
Sauter vers: