Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale

Tout sur la gastronomie, l'histoire, l'actualité, les voyages en Europe Centrale et en Europe Orientale.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 interview de Làszlò Krasznahorkai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bor
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 400
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: interview de Làszlò Krasznahorkai   13.12.10 15:33

http://www.lecourrier.ch/index.php?name=NewsPaper&file=article&sid=447654

Citation :
LÀSZLÒ KRASZNAHORKAI Il pourrait citer Cioran: «La tristesse, un appétit qu'aucun malheur ne rassasie.» Entretien avec l'écrivain hongrois, lauréat du Prix Spycher et sévère avec son pays
(--)
Làszlò Krasznahorkai qui vient de recevoir l'été dernier le Prix Spycher, à Loèche. Le lauréat bénéficiera d'un droit de séjour de dix mois pendant cinq ans dans la cité moyenâgeuse. Titulaire de nombreuses récompenses européennes, comme le prix Kossuth en Hongrie ou celui de Brücke, à Berlin, l'auteur parmi les plus prestigieux de la littérature hongroise contemporaine n'aime curieusement pas être perçu comme Hongrois. L'écrivain cherche en effet à se démarquer de la situation actuelle de son pays d'origine, confronté à la montée d'un nationalisme sans égal en Europe (--)
Làszlò Krasznahorkai a écrit:
Dans la vie, il y a effectivement des moments où l'homme se sent blessé. Quand cela m'est arrivé pour la première fois, j'ai levé les yeux vers le ciel. Je me suis senti tout petit, comme jamais auparavant, face à cette immensité. Depuis cette révélation, je suis devenu plus patient et je ressens comme une sorte de pardon vis-à-vis (--) des autres et de moi-même. (--) Depuis ce jour, une sorte d'indulgence m'accompagne en permanence. Il est indispensable d'être blessé une fois dans la vie.
(--)
On peut aller n'importe où sur terre, on n'apprend que sur soi-même, si l'on ne se ment pas trop et que l'on soit suffisamment sensible
(--)
Mais en tant que Hongrois, je n'ai pas le droit d'être bien quelque part

Làszlo Krasznahorkai a écrit:
La Hongrie est une maison d'aliénés, d'où les médecins sont partis et où les fous jouent aux docteurs ou aux malades. Dans leur folie commune, ils font encore tout pour que les choses péjorent. Je ne me réfère pas ici à l'économie, mais à l'existence. Il règne en Hongrie une solitude générale. Les liens familiaux et amicaux forment juste une façade derrière laquelle les gens se sentent encore plus insécurisés. Je tiens à souligner que tant les manipulateurs que les manipulés sont conjointement responsables du mauvais devenir de ce pays. (--) les gens sont bien plus malades qu'insupportables. En même temps, ils ne ne sont pas dupes. Ils perçoivent bien le cynisme, le mensonge et la manipulation de la politique dominante. Mais ils aimeraient tout de même croire à quelque chose! C'est justement là que réside l'origine du problème.
Qu'en pensez-vous ? C'est aussi grave que cela ?

il n'aime curieusement pas être perçu comme Hongrois
c'est assez fréquent, j'observe!... - et ça donne des situations coquaces: ainsi me présentant comme très intéressé par la culture hongroise, je dis à un artiste hongrois: "c'est bien de concevoir ce calendrier en fr, mais moi j'aimerais l'avoir en hongrois, et je ne dois pas être le seul"; réponse: "tu fais du nationalisme!" et je ne sais plus quoi qui se voulait encore plus foudroyant! C'est là que j'ai compris "le mal" que je faisais à nombre de Hongrois quand je leur disais m'intéresser à la littérature hongroise par le texte original: "touche pas, c'est sacré!" - donc quand on est pas hongrois et/ou en capacité de parler hongrois, on doit mentir ou partir! On a touché à l'âme qu'on ne mérite pas. Nombre de Hongrois pensent se refaire une âme "pour l'exportation", mais garde bien jalousement l'original.

Il est indispensable d'être blessé une fois dans la vie
une fois c'est peut-être bien, mais souvent: ça use
quoique ça nourrit aussi: pour preuve je persiste avec étude et langue hongroise, pourtant je suis voué à l'échec... et aux rires! (et Dieu sait pourtant le mal que je me donne pour apprendre à écrire et à parler, mais de ma bouche ne sort que du charbon à l'oral, un gaz qui rend hilare l'interlocuteur et honteux l'émetteur! Me serais-je damné à toucher ce trésor ? Néanmoins je continue - au moins à lire!)

en tant que Hongrois, je n'ai pas le droit d'être bien quelque part
droit ou pas, on ne choisit guère ce genre de chose, et ce n'est pas parce qu'on n'est pas hongrois, russe ou portugais qu'on se sent heureux: perso, je me sens étranger partout, et surtout en France; j'ai cru que ça passerait, mais ça empire, raison pour laquelle j'aspire à... la puszta: au moins ce sera de l'hostilité pur jus, et là, il devrait y avoir un rais de douce lumière, fut-il mirage... La mort ne peut être pire (que la vie)! C'est le droit d'accès qui est parfois long et difficile, comme mon labeur avec la langue hongroise (de communication), mais avec la certitude de l'issue, ce qui n'est pas le cas en hongrois (parlé pour moi). Qu'importe: comme dit un proverbe:

Lassan jarj, tovàbb érsz = va doucement, tu iras plus loin - ce qui correspond à "Qui va doucement va longtemps". Il suffit juste de savoir se suffire à soi-même (un philosophe latin, peut-être Epictète ou Sénèque), ce qui n'est pas exclure les autres, mais "ne rien attendre, ne rien prétendre et bien se tendre" (moi) - alors parfois, une lumière vient pour vous tendre la main et vous montrer le chemin:

Az életet, ím, megjártam; = la vie, voilà, je l'ai parcourue;
Nem azt adott, amit vártam: = elle ne m'accorda ce que j'attendais:
Néha többet, = parfois plus,
Kérve, kellve, kevesebbet = moins, en désirant, en exigeant
(--)
Mily temérdek munka várt még!... = Maints labeurs m'attendirent!...
Mily kevés, amit beválték = C'est bien peu ce que j'ai accompli
Félbe-szerbe = à moitié
S hány reményem hagyott cserbe!... = Et combien de mes espoirs m'ont trahi!...

Az életet már megjártam; = J'ai déjà parcouru la vie
Mit szivembe vágyva zártam, = Ce que dans mon coeur j'ai scellé en le désirant,
Azt nem hozta, = Elle ne me l'offrit
Attól makacsul megfoszta. = De cela m'en priva obstinément.
Arany János avec un essai de traduction mienne


Dernière édition par bor le 15.12.10 22:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 426
Age : 85
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet:    13.12.10 19:10

je regrette , Bor , je ne connais pas Krasznahorkai-t . D'ailleurs , je connais mal les auteurs d'après guerre ( à part Màrai ) . Mais je me souviens d'un chant de mon enfance :

Krasznahorka büszke vàra
Ràszàllott az éj homàlya
Magas tornyà az öszi szél
Régmult dicsöségröl beszél
Olyan kihalt olyan àrva
Ràkoczinak büszke vàra


Harcosai rég pihennek
A bujdoso fejedelemnek
A toronybol késö este
Tàrogato nem szol messze
Ràkoczinak dicsö kora
Nem jön vissza többé soha

Je ne sais pas de quand date ce chant , sans doute après la mort de Ràkoczi , en Turquie .

Bakonyi
Revenir en haut Aller en bas
bor
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 400
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: interview de Làszlò Krasznahorkai   13.12.10 19:48

Je ne m'intéresse pas tellement aux auteurs contemporains, vu que les traductions fleurissent ici et là et qu'il y a de plus en plus matière à les connaître en fr. Certes, certains ne sont pas encore traduits, mais je privilégie l'ancien, car on ne peut comprendre l'actuelle, sans connaître l'ancienne, et je regrette que ce principe ne soit reconnu et développé par les éditeurs et commentateurs fr ou franco-ho; en tous les cas, moi je m'y tiens et j'y tiens, quelque puissent être les opinions qui visent à me détourner du sujet!...

Je ne connaissais donc pas cet auteur, et vu ce qu'il en est dit, cela me suffit ainsi. Ce que j'ai voulu seulement indiqué c'est son interview, et en le lisant, cela m'a évoqué des choses que j'ai pour une fois notées (on me reproche parfois de ne pas commenter ce que je note, c'est souvent par pudeur que je n'ose, me sachant d'une perception assez différente de la norme; là j'ose, et sans doute trouvera-t-on ça stupide, mais en le notant, je m'aide moi-même par la conclusion que j'opère - ce qui se rapproche de certains propos de l'interviewé, mais de façon plus positive - un négatif positif, ça se peut! c'est le désespoir porté par l'espérance, ce qui aide vivre et à faire, bien qu'on sache bien que tout soit vain, sauf peut-être pour soi.)

Pour en venir à ton post Bakonyi (merci bien pour cette indication)
en cherchant vite, j'aperçois une autre version sur un fond très dynamique:
http://www.zeneszoveg.hu/dalszoveg/16682/magyar-notak/krasznahorka-buszke-vara-zeneszoveg.html

je lui préfère http://www.youtube.com/watch?v=TreqbWmMoMY
peut-être un chanteur de ton époque, c'est très beau et même émouvant
et le texte chanté se rapproche beaucoup plus du tien (d'après ce que je perçois)

voici le texte très exactement comme tu le donnes (quelle mémoire, tu as!!!):
http://www.hradkrasnahorka.sk/index.php?page=pesnicka&lng=sk
le texte est ici chanté par une voix féminine - et m'apparait finalement différent (mais peut-être ai-je mauvais ouïe) très beau aussi!

Et semble-t-il toute l'histoire: http://www.hradkrasnahorka.sk/index.php?page=hrad&lng=hu

Pour la traduction, on verra plus tard peut-être, si ça intéresse quelqu'un
- là je comprends en gros mais je n'aime pas noté l'à peu près avec des trous - google traduction peut à présent éclairé les curieux

Cela me fait penser que je devrais enfin étudier la poésie de Zrinyi Miklos et ses lettres éventuellement
http://hu.wikipedia.org/wiki/Zr%C3%ADnyi_Mikl%C3%B3s_%28k%C3%B6lt%C5%91%29
http://mek.oszk.hu/01100/01137/index.phtml
J'ai quelques traduction dans l'Anthologie de la poésie hongroise sous la direction de Gara, mais je me réserve d'étudier l'original

Ah si les Hongrois pouvaient admettre - comme toi, si rare - qu'on appréciâ leur poésie..., sans exiger l'impossible pour moi: parler!



Dernière édition par bor le 13.12.10 20:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 426
Age : 85
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: interview de Làszlò Krasznahorkai   13.12.10 20:05

Oui , merci pour cette version chantée . Disons que les paroles sont un peu , comment dire , "allongées" , en mêlant et en répétant certains passages .
Ah , Tu parles de Zrinyi ! Cela me fait penser qu'il y a quelques temps je t'en ai parlé , à un autre endroit . Zrinyi a költö és hadvezér .
" Zalàn futàsa " et autres poèmes . Victime d'un "sanglier" . Tu sais ,
les sangliers avaient bons dos en Hongrie quand un "grand" s'opposait au souverain.
Bakonyi
Revenir en haut Aller en bas
lebedias
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 623
Date d'inscription : 09/11/2009

MessageSujet: Re: interview de Làszlò Krasznahorkai   13.12.10 23:22

bor a écrit:

il n'aime curieusement pas être perçu comme Hongrois
c'est assez fréquent, j'observe!... - et ça donne des situations coquasses: ainsi me présentant comme très intéressé par la culture hongroise, je dis à un artiste hongrois: "c'est bien de concevoir ce calendrier en fr, mais moi j'aimerais l'avoir en hongrois, et je ne dois pas être le seul"; réponse: "tu fais du nationalisme!" et je ne sais plus quoi qui se voulait encore plus foudroyant! C'est là que j'ai compris "le mal" que je faisais à nombre de Hongrois quand je leur disais m'intéresser à la littérature hongroise par le texte original: "touche pas, c'est sacré!" - donc quand on est pas hongrois et/ou en capacité de parler hongrois, on doit mentir ou partir! On a touché à l'âme qu'on ne mérite pas. Nombre de Hongrois pensent se refaire une âme "pour l'exportation", mais garde bien jalousement l'original.

Nombre de Hongrois pensent se refaire une âme "pour l'exportation".

L'analyse est pour le moins pertinente.
Bien souvent j'ai pensé vous faire part du même sentiment, ni pour les auteurs ni pour les poètes, ce n'est pas mon domaine.
Mais assister à la Messe, signer un acte chez un avocat, remplir de la paperasse à l'office notariale ou encore s'adresser à la justice ne soit-elle que communale, vous renvoie à un huis clos. Je devrais dire un "oui clos".
Mon sentiment, pour le Hongrois tout est sacré et tout est sacré si c'est en hongrois.
Zs.



Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 426
Age : 85
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: interview de Làszlò Krasznahorkai   14.12.10 12:04

Bor ! J'ai honte ! Je rougi ( et rugi ) de honte . Confondre Zrinyi et Vörösmarty !
Intervertir Zalàn futàsa et Szigeti veszedelem !
Je fais amende honorable , et je m'excuse .
Bakonyi


Dernière édition par Bakonyi le 14.12.10 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
bor
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 400
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: interview de Làszlò Krasznahorkai   14.12.10 13:44

scratch ...et moi j'étais gêné et même un peu honteux pale de ne pas trouver à quoi correspondait Zalán futása
vu le site de l'oeuvre poétique complète de Zrinyi, et quelques recherches!
Reportant à plus tard d'autres recherches pouvant m'éclairer sur la relation avec Vörösmarty Mihály qui apparaissait souvent...

Very Happy à présent tout est clair - merci, et il ne reste plus qu'à lire et comprendre les 2 oeuvres

Zrínyi Miklós: Szigeti veszedelem = le péril v la détresse de Sziget http://mek.oszk.hu/01100/01137/01137.htm#12
http://hu.wikipedia.org/wiki/Szigeti_veszedelem
http://en.wikipedia.org/wiki/Siege_of_Sziget

Vörösmarty Mihály: Zalán futása = la course v la fuite de Zalán http://mek.niif.hu/01100/01122/html/zalan01.htm
http://hu.wikipedia.org/wiki/Zal%C3%A1n_fut%C3%A1sa

( Wink que ceux que la présence de liens écoeure, tournent vite la tête, car je me note pour mémoire le peu que j'ai trouvé pour n'avoir pas à recommencer - vu 21 pages de google!)

pas facile de trouver des précisions autrement qu'en hongrois à priori:
http://books.google.fr/books?id=eSa4fY_LQVYC&pg=PA57&lpg=PA57&dq=V%C3%B6r%C3%B6smarty+Zal%C3%A1n&source=bl&ots=Vg5gH_eWN0&sig=i3foNayTac6imkB004_YXZqpqcA&hl=fr&ei=dVQHTZHcDc7BswaHneSKDg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=10&ved=0CFwQ6AEwCTgy#v=onepage&q&f=false

http://books.google.fr/books?id=VxVbAAAAQAAJ&pg=PA229&lpg=PA229&dq=V%C3%B6r%C3%B6smarty+Zal%C3%A1n&source=bl&ots=HjkFZwytb3&sig=OaH-xzrsYuJVP4mBim1WPNvWFfk&hl=fr&ei=dVQHTZHcDc7BswaHneSKDg&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=5&ved=0CDkQ6AEwBDgy#v=onepage&q&f=false

http://oldpoetry.com/oauthor/show/mihaly_vorosmarty
http://www.visegradliterature.net/works/hu/V%C3%B6r%C3%B6smarty_Mih%C3%A1ly/biography
http://www.theeuropeanlibrary.org/exhibition-reading-europe/detail.html?id=112776

http://www.hungarian-history.hu/lib/hunspir/hsp06.htm
Revenir en haut Aller en bas
lebedias
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 623
Date d'inscription : 09/11/2009

MessageSujet: Re: interview de Làszlò Krasznahorkai   15.12.10 0:56

bor a écrit:


( Wink que ceux que la présence de liens écoeure, tournent vite la tête, car je me note pour mémoire le peu que j'ai trouvé pour n'avoir pas à recommencer - vu 21 pages de google!)
C'est vrai que là, j'ai ma dose pour 110 ans
Tout bien réfléchi, le vin me saoule , et que les ours hibernent est un bonheur!
Qu'importe la saison, ils finissent toujours par hiberner
Zs.
Revenir en haut Aller en bas
Bakonyi
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 426
Age : 85
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 05/01/2010

MessageSujet: Re: interview de Làszlò Krasznahorkai   15.12.10 11:20

Et moi , je regrette de ne pas parler en anglais .

Bor , si tu as jetté un coup d'oeil sur Zrenyi , tu as vu que son "hongrois " date un peu . J'espère que cela ne va pas te décourager !
Alors : courage !
Bakonyi
Revenir en haut Aller en bas
bor
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 400
Date d'inscription : 14/11/2007

MessageSujet: Re: interview de Làszlò Krasznahorkai   19.12.10 23:54

lebedias a écrit:
Mon sentiment, pour le Hongrois tout est sacré et tout est sacré si c'est en hongrois.
Finalement tout est dit là, rien à ajouter (belle synthèse - merci)
sinon que par "sacré" il faut entendre quelque chose qui s'impose à nous - nous les "étrangers"
avec toutes les conséquences pour nous, qui ne sont pas les mêmes que pour eux, puisqu'étant par nature Hongrois
Le sacré est donc une respiration, une inspiration, un flux vivant venant de loin (époque chamanique peut-être) pour eux
alors que le sacré qu'ils nous imposent est d'essence plutôt chrétienne, statique, fatale.
Néanmoins, comme vous, je ne me déprends...




Bien qu'apparemment sans rapport (lequel est en mon fort intérieur - du fait que je me "tortille" sur votre expression depuis un moment, pour en finir par ce qui précède), je concluerai en citant la grande dame qui vient de nous quitter:

Apprendre à penser, à réfléchir, à être précis, à peser les termes de son discours, à échanger les concepts, à écouter l'autre, c'est être capable de dialoguer, c'est le seul moyen d'endiguer la violence effrayante qui monte autour de nous. La parole est le rempart contre la bestialité.
Jacqueline de Romilly
vu là http://ecoledelaculture.canalblog.com/archives/2007/01/30/3845681.html
lire aussi:
http://www.seniorplus.fr/generations/societe/people/jacqueline-de-romilly-incorrigible-immortelle
http://www.lexpress.fr/culture/livre/jacqueline-de-romilly-l-enseignement-du-grec-n-est-pas-un-luxe_809022.html
http://passouline.blog.lemonde.fr/2010/12/19/pour-saluer-jacqueline-de-romilly/
« La solitude est parfois dure à supporter ; mais la solitude, on peut aussi l’appeler liberté. Il faut savoir la vivre et en vivre »
(Sur les chemins de Sainte-Victoire) vu au terme de http://www.academie-francaise.fr/immortels/discours_reponses/peyrefitte2.html

Ecouter:
http://www.youtube.com/watch?v=vjB6fxjVckI
http://www.dailymotion.com/video/xd8xie_thucydide-romilly1_people
http://www.dailymotion.com/video/xd8xjr_thucydide-romilly2_people

«Je regrette que l'on n'oeuvre pas suffisamment pour ce qui développe la formation de l'esprit par la culture, par les textes et l'intimité avec les grands auteurs, perdant ainsi un contact précieux avec ce que les autres ont pensé avant nous», estimait-elle.

Cela vaut universellement (pour toutes les grandes oeuvres en chaque pays) - et c'est malheureusement en effet fort rare, plutôt négligé même, quand ce n'est pas moqué (en France ou ailleurs...). Cet apparent hors sujet n'est pas si en marge que cela. Pour moi en tous les cas, il signifie beaucoup et conclut une réflexion sur et autour d'un interview qui fait l'objet de cette page et de tout ce qui a pu être noté en marge également. Quelque soit l'étrangeté du procédé, ceux et celles qui le voudront peuvent y puiser matière à s'en nourrir ou passer à autre chose...


Dernière édition par bor le 22.12.10 3:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
lebedias
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 623
Date d'inscription : 09/11/2009

MessageSujet: Re: interview de Làszlò Krasznahorkai   20.12.10 0:51

bor a écrit:

Le sacré est donc une respiration, une inspiration, un flux vivant venant de loin pour eux
alors que le sacré qu'ils nous imposent est d'essence plutôt chrétienne, statique, fatale.


Apprendre à penser, à réfléchir, à être précis, à peser les termes de son discours, à échanger les concepts, à écouter l'autre, c'est être capable de dialoguer, c'est le seul moyen d'endiguer la violence effrayante qui monte autour de nous. La parole est le rempart contre la bestialité.


Ceci reflète effectivement mes pensées ambiguës. Merci et à bientôt.
Zs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: interview de Làszlò Krasznahorkai   Aujourd'hui à 8:46

Revenir en haut Aller en bas
 
interview de Làszlò Krasznahorkai
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interview de Gérard Lenoir.
» Interview d'une légende DD
» Yves Coppens - interview
» Interview de Jean-Claude BIVER Président de HUBLOT
» proposition d'interview dans une émission TV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale :: Ouvrages et auteurs-
Sauter vers: