Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale

Tout sur la gastronomie, l'histoire, l'actualité, les voyages en Europe Centrale et en Europe Orientale.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 CRISE FINANCIERE...EMEUTES de la FAIM...CRISE MONDIALE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pa pa py
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 61
Localisation : canigou-FRANCE-
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: CRISE FINANCIERE...EMEUTES de la FAIM...CRISE MONDIALE   14.04.08 11:26

http://fr.youtube.com/watch?v=H66RM4_Rj-M&feature=related

Embarassed Citation du jour du [14 Avril 2008]:Saint MAXIME
La Terre promise est toujours de l'autre côté du désert. [Henry Havelock Ellis]
La Danse de la vie Embarassed




Sad Le plus grand désastre depuis 1929

Par Steven Pearlstein, Washington Post, 5 décembre 2007

« Si tout ceci ressemble à un château de cartes, c'est bien parce que c'en est un. Et il va s'effondrer, avec de sérieuses conséquences non seulement pour les banques et les investisseurs, mais aussi pour l'économie dans son ensemble. »



Selon le journaliste écossais Charles Mackay, les hommes deviennent fous en masse, mais retrouvent la raison un par un.

Nous en sommes seulement au début du processus qui verra le monde financier retrouver la raison après l'éclatement de la plus grande bulle du crédit que le monde ait connue.

Tout le monde semble admettre maintenant qu'il y aura de nombreux emprunts impayés et que le prix des logements va chuter nationalement pour la première fois depuis la grande dépression. Des prêteurs et des fonds d'investissement sont en faillite, et les banques ont procédé à de douloureuses dépréciations et viré leurs directeurs. Il y a également un large consensus sur le fait qu'une récession est à l'horizon.

Mais croyez moi, nous n'avons encore rien vu.

Ce qu'il faut bien comprendre c'est que, contrairement à ce que vous avez entendu le président Bush déclarer, il ne s'agit pas uniquement d'une crise de l'immobilier et des emprunts hypothécaires. Les géants financiers qui ont créé, packagé, noté et assuré tous ces emprunts subprimes, sont les mêmes, administrés par les mêmes dirigeants, touchant les mêmes primes, utilisant les mêmes techniques financières et de gestion du risque, que ceux qui ont créé, packagé, noté et assuré les emprunts du secteur de l'immobilier d'entreprise, des crédits de cartes de paiement et des crédits finançant le rachat d'entreprises.

Il est très peu vraisemblable que ces établissements ait fait un meilleur travail dans ces autres secteurs que dans celui des emprunts hypothécaires. Mais l'étendue de leurs erreurs de jugement ne sera révélée que lorsque l'économie ralentira - ce qu'elle va sûrement faire.

Au cœur de ce désastre en cours, se trouvent les Collateralized Debt Obligation (CDO) (produits obligataires structurés) qui ont été à l'origine du boom dans l'immobilier et le crédit au début des années 2000. Durant les dernières années, le marché des CDO a explosé, donnant lieu non seulement à des prêts hypothécaires, mais à une expansion de toutes les formes de crédit. Selon certaines estimations, l'en cours des CDO serait de près de 2 000 milliards.

Mais commençons tout d'abord par les CDO adossés à des emprunts immobiliers.

Aujourd'hui, tout le monde sait que la plupart des créances sur ces emprunts ne sont plus détenues par les banques jusqu'au remboursement. Elles sont regroupées par paquets et vendues à des investisseurs, de façon semblable à des bons.

Dans la version la plus simple, chaque investisseur possèdait un petit pourcentage de l'ensemble, et reçevait la même rémunération que les autres. Puis quelqu'un a eu l'idée d'améliorer le système en vendant ces actifs en tranche, correspondants à différents niveaux de risque de crédit. Avec ce montage, si un emprunt du paquet était en défaut de paiement, seules les tranches les plus risquées absorberaient toutes les pertes avant de perdre toute valeur, puis le processus se répéterait de tranche en tranche selon un risque décroissant.

Grâce à ce découpage, les crédits hypothécaires ont pu être répartis entre les différentes familles d'investisseurs. Les tranches les plus risquées, avec les notes les plus basses, étaient cédé à des fonds d'investissements à la recherche de hauts rendements et acceptant les risques inhérents. Les plus sûres, offrant un rendement inférieur, et notées « AAA » comme les bons du Trésor, ont été achetées sur les marchés monétaires et par les fonds de pensions évitant les investissements risqués. Les tranches les moins recherchées étaient celles du milieu, nommées « mezzanines, » qui présentaient des rendements moyens avec un risque supposé modéré.

Suivez moi bien, maintenant, c'est là que cela devient intéressant. Car nous en arrivons au moment ou les banques ont eut la riche idée d'acheter des groupes de tranches mezzanine dans différents paquets. Puis, en utilisant des modèles informatiques sophistiqués, elles se sont persuadées, tout comme les agences de notation, qu'en répétant ce même processus de découpage, elles pouvaient se servir de ces actifs mezzanine pour créer une nouvelle famille de titres, certains à risques, certains mezzanines, mais la plupart pourvus de la note AAA que la plupart des investisseurs recherchaient.

C'était une merveilleuse combinaison d'alchimie financière, qui a permis aux banques de Wall Street et aux agences de notations d'empocher des milliards de dollars de rémunération. Tant d'argent emprunté a été utilisé - pour acheter les emprunts initiaux, acheter les tranches de CDO, puis acheter les tranches de CDO de tranches de CDO - donnant au système un tel effet de levier, que les retours sur investissements - au moins sur le papier - étaient très attractifs. Et ont bien sûr attiré les fonds d'investissements britanniques, les banques allemandes, les villages norvégiens et les fonds de pensions de Floride.

Ce que nous savons aujourd'hui, c'est que les banques d'investissement et les agences de notation ont sous-estimé le risque que les défaillances d'emprunteurs puissent atteindre des niveaux tels que même les investissements notés « AAA » perdent leur valeur.

Une étude réalisée par Eidesis Capital, un fonds spécialisé dans les CDO, estime que pour les CDO créés durant les années 2006 et 2007, à l'exception de ceux des tranches AAA qui perdront de 6 à 31%, les autres investisseurs vont perdre toute leur mise.

Les analystes de JP Morgan qui ont observé ce secteur, évaluent les pertes totales à au moins 300 milliards, pour la plupart encore dissimulées. Ceci inclut au moins 30 milliards de dépréciations supplémentaires dans les plus grandes banques et les fonds d'investissement, et beaucoup plus pour les fonds spéculatifs qui pour la plupart se refusent à reconnaître la réalité.

Pendant ce processus de liquidation, les agences de notations sont en train de mener une réévaluation à la baisse qui forcera de nombreuses banques, fonds de pensions et fonds intervenant sur les marchés monétaires à vendre leurs CDO sur un marché si déserté par les acheteurs, que lors d'une vente récente, E-Trade n'a réussi à obtenir que 27 centimes du dollar pour un portefeuille pourtant très bien noté.

Dans le même temps, les banques qui sont forcées de conserver les CDO dans leurs livres de comptes seront obligées de mettre de côté une grande partie de leur capital comme réserve de garantie, ce qui réduira considérablement la quantité d'argent disponible pour attribuer de nouveaux crédits.

Les conséquences ne s'arrêtent pas là. Les pertes sur les CDO menacent maintenant la note « AAA » de plusieurs compagnies d'assurances qui ont acheté des titres de CDO ou ont assuré les CDO contre les pertes. Ces assureurs fournissant également leur garantie aux investisseurs pour les bons émis par les collectivités locales, les états et les municipalités ont revu à la baisse leurs émissions de bons, face à des investisseurs réticents.

Si tout ceci ressemble à un château de cartes, c'est bien parce que c'en est un. Et il va s'effondrer, avec de sérieuses conséquences non seulement pour les banques et les investisseurs, mais aussi pour l'économie dans son ensemble.

Ce n'est pas là seulement un avis personnel. Mais c'est la raison pour laquelle les banques gardent leurs liquidités, ce qui fait que l'en cours des crédits bancaires et du papier commercial se réduit drastiquement.

C'est pourquoi les fonctionnaires du Trésor travaillent à plein temps pour tenter de lutter contre la marée montante des défaillances d'emprunteurs.

C'est pourquoi les fonctionnaires du budget des Etats et de la Fédération anticipent une diminution sévère des revenus fiscaux l'an prochain.

Et c'est pourquoi la Réserve Fédérale met désormais de côté ses craintes au sujet de l'inflation et du dollar en se dirigeant résolument vers une baisse des taux d'intérêts et en injectant des liquidités dans le système bancaire.

Ce n'est peut-être pas 1929, mais on peut parier que c'est bien plus grave que la crise financière de 1987, celle des Caisses d'Epargne de 1990 ou l'éclatement de la bulle Internet de 2001.

Publication originale Washington post, traduction Contre Info

Mercredi 16 Janvier 2008
danyquirion@videotron.ca

Sad
Revenir en haut Aller en bas
http://www.adalcadie.romconvert.ro/loc.aspx
 
CRISE FINANCIERE...EMEUTES de la FAIM...CRISE MONDIALE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Shadow, crise de crampes
» Centre de crise belge
» Jyll nous attaque !
» [Crise économique] (1)
» Crise d'epilepsie ou autre!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale :: Economie et actualités-
Sauter vers: