Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale

Tout sur la gastronomie, l'histoire, l'actualité, les voyages en Europe Centrale et en Europe Orientale.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 A regarder au coin du feu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pipacs
Admin
Admin


Nombre de messages : 1523
Date d'inscription : 20/09/2005

MessageSujet: A regarder au coin du feu   16.11.07 21:54

Sur ARTE
Samedi, 17 novembre 2007 à 21:40

Rediffusions :
18.11.2007 à 14:55
28.11.2007 à 14:00
04.12.2007 à 14:00
360° - GÉO
(Allemagne, France, 2007, 52mn)



Dans la steppe hongroise de Puszta, région réputée pour sa grande tradition équestre, Attila, un des meilleurs cavaliers du moment, remet son titre de champion en jeu.


Dressage

Fier csikos

La puszta, steppe située dans l'est de la Hongrie, est réputée pour ses chevaux Nonius et ses cavaliers, les csikos. Marie-Hélène Baconnet est partie à la rencontre de l'un des meilleurs d'entre eux, Attila Szekely. Sa spécialité : la position de la "poste hongroise", célèbre figure qui consiste à se tenir debout sur la croupe des deux derniers chevaux d'un attelage mené à un train d'enfer. Une technique que très peu de cavaliers maîtrisent. Cette année, lors de la fête équestre, Attila défendra son titre de champion de la "Poste hongroise à cinq chevaux". Un challenge loin d'être gagné car Socrate, le plus fougueux des deux chevaux situés à l'arrière de l'attelage, s'avère très récalcitrant.
présentation "Arte"




Pour en savoir plus:

La Puszta est une des dernières grandes prairies sauvages d'Europe où les chevaux sont rois.

Puszta signifie en hongrois désertique, abandonné. Ce sont en fait des herbages, des terres salées, sabloneuses et marécageuses qui étaient autrefois le lieu de pâturage privilégié des troupeaux de chevaux menés par les Csikos, lesquels ne rentraient chez eux que pour passer l'hiver.

L'épisode a été filmé dans le complexe équestre d'Epona, dans la Puszta d'Hortobgy, près de Debrecen à l'ouest du pays.

Aujourd'hui, la Puszta d'Hortobgy est un parc naturel aux paysages superbes et variés qui a pour mission de protéger certains animaux domestiques hongrois ancestraux retournés à l'état sauvage, comme les moutons racka aux immenses cornes torsadées, les bœufs à grandes cornes, et les taureaux gris qui sont rassemblés en un seul troupeau en août.

Enfin les chevaux, à la différence des autres animaux, sont domestiqués et rentrent tous les soirs à l'écurie.


Les Hongrois furent l'un des grands peuples cavaliers d'Europe centrale, héritier des guerriers magyars venus de l'Oural. Les Csikos sont les fiers représentants de cette tradition. Csikos signifie en hongrois gardien de troupeaux de chevaux.

Il ne reste plus que quelques vraies familles de Csikos en Hongrie, quelques-unes près de Budapest et la grande majorité, une quinzaine, dans la Puzsta de Hortobágy qui est la véritable patrie des Csikos hongrois.

Les Csikos sont en quelque sorte les gardians de Hongrie. Ils avaient au siècle dernier la réputation de rudes cow-boys, voire de brigands (il y a de riches légendes à ce sujet).

Ils étaient des milliers autrefois, ils ne sont plus aujourd'hui que quelques dizaines. Parce qu'ils s'occupaient des chevaux, les Csikos étaient les plus hauts placés dans la hiérarchie des bergers, avant les gardiens de bovins (les gulyas), et, en bas de l'échelle, les bergers de moutons (les juhasz).

Aujourd'hui, les Csikos sont les seuls à avoir survécu, et avec eux, leur savoir-faire.


Ils utilisent des méthodes de dressage très spéciales, notamment un fouet qu'ils fabriquent eux-mêmes. Ce fouet à cerceau est ainsi appelé car son mouvement, animé par la rotation des poignets, décrit dans l'air un jeu de cercles.

Les fouets ne sont en aucun cas utilisés sur les chevaux. Ils claquent bien au-dessus de la tête des cavaliers, et le son qu'ils émettent en déchirant l'air permet de diriger les troupeaux.

Les derniers Csikos travaillent principalement pour le Haras d'Epona comme éleveurs de chevaux mais certains ont, en parallèle, leur propre petit élevage.

Ils s'occupent des troupeaux de chevaux, les mènent chaque jour de l'écurie à la Puzsta et les font courir à travers la plaine à l'aide de leur célèbre fouet pour les faire suer. Cette suée permet de développer la musculature désirée, qui fait la renommée de l'élevage de Hortobágy.



Le cheval des Csikos est le Nonius hongrois. Il trouve son origine avec Nonius Senior, l'étalon né en 1810, fondateur de la race, qui serait le produit d'un croisement entre l'étalon demi-sang anglais Orion et une jument normande.

Il aurait été capturé par les Hongrois après la défaite de Napoléon à Leipzig. Ramené à Debrecen, les Hongrois décident de le croiser avec des juments arabes, lipizzanes, andalouses, kladrubers, normandes et demi-sangs anglaises, et s'aperçoivent qu'il transmet invariablement sa morphologie à toute sa descendance.

La ville a commencé à élever cette nouvelle race sur la Puszta de Hortobágy qui, aujourd'hui, offre des conditions d'élevage idéales pour les chevaux de compétition car elle permet des courses effrénées dans la plaine.


Le Nonius est, à l'origine, un bon cheval de gardiennage et d'attelage qui fait aujourd'hui ses preuves en équitation. Ce cheval robuste et polyvalent mesure entre 1.45 m et 1.55 m pour le petit Nonius, et entre 1.55 m et 1.65 m pour le grand Nonius.

Il est doté d'une tête allongée, avec un front large, de grands yeux, et d'une robe de couleur noire, baie ou alezan brûlé.

Le haras d'Epona à Hortobágy a pour objectif d'élever ces Nonius pour les vendre sur le marché mondial de l'équitation. Il constitue également une banque génétique pour préserver la race.

En effet, le Nonius a été reconnu par l'Unesco en 1999 comme une race de l'héritage mondial à protéger.
texte "France 5"

Arrow Pour en savoir plus sur ces chevaux

_________________
Revenir en haut Aller en bas
pipacs
Admin
Admin


Nombre de messages : 1523
Date d'inscription : 20/09/2005

MessageSujet: Re: A regarder au coin du feu   18.11.07 19:30




Je viens de voir le documentaire présenté ci dessus, vous pouvez visionner l'émission Arrow ICI
Le reportage est interessant et permet d'avoir un aperçu de la vie autour de ces haras de l'hortobágy.( la commentatrice s'en tire pas mal avec la prononciation hongroise, mais s'avère incapable de prononcer hortobágy et les gy en général.... ça m'a un peu blessé les oreilles!!)lol!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
olahus
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 2381
Localisation : Bucarest, Roumanie
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: Re: A regarder au coin du feu   18.11.07 20:30

Zoli!

_________________
-->
MaghiaRomania: Tout sur les Hongrois de Roumanie.
Revenir en haut Aller en bas
http://surpriseroumaine.blogspot.com/
iubito
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 356
Age : 34
Localisation : Le Puy-en-Velay
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: A regarder au coin du feu   19.11.07 0:52

Je regarde le reportage, merci !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tousauxbalkans.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A regarder au coin du feu   Aujourd'hui à 4:07

Revenir en haut Aller en bas
 
A regarder au coin du feu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mes bébés trop mignons...photos pour les curieux...
» sella amazone sur le bon coin
» coin compost
» mon tout petit coin tranquille à moi!
» Le coin bricolage :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale :: Arts et Culture-
Sauter vers: