Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale

Tout sur la gastronomie, l'histoire, l'actualité, les voyages en Europe Centrale et en Europe Orientale.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  
Partagez | 
 

 Lucien Hervé, l'oeil de l'architecte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pipacs
Admin
Admin


Nombre de messages: 1476
Date d'inscription: 20/09/2005

MessageSujet: Lucien Hervé, l'oeil de l'architecte   01.07.07 10:25

Lucien Hervé, de son vrai nom Laszlo ­Elkan, photographe hongrois est mort ce mardi 28 juin.


photo "civa"

Dernière épreuve épreuve
Le photographe hongrois installé à Paris Lucien Hervé est mort mardi à 96 ans. Célèbre pour ses clichés architecturaux, il n’a jamais cessé d’expérimenter dans le domaine artistique.
Article de "Libération"






L'homme qui se regarde ainsi dans un miroir ne s'appelle pas encore Lucien
Hervé mais Laszlo Elkan, né en 1910 en Hongrie.
Cette image contient tout ce qui fera sa force et sa singularité: des contrastes très tranchés, tache noire qui se découpe sur des éclats de lumière.

En 1941, Elkan est devenu Hervé et se révèle comme celui qui sait voir
l'architecture : 650 clichés du site de l'Unité d'Habitation de Le Corbusier,
pris en un seul jour, sont présentés à ce dernier et lui font dire "vous êtes
l'âme de l'architecte".
Si Lucien Hervé est essentiellement connu par le grand public comme le
photographe qui a le mieux révélé l'architecture de Le Corbusier, Marcel
Breuer, Alvar Aalto et saisi les portraits entre autres de Fernand Léger ou
Henri Matisse, son travail va cependant bien au-delà: il agit comme un
révélateur de l'architecture, du paysage et des personnes qu'il photographie.

Ce que l'on doit retenir de Lucien Hervé, c'est son regard, son style bien à lui qui saisit les ombres et la lumière, présentes dans les édifices et autres
architectures, lesquels seraient restés dans le domaine des prouesses
techniques s'il n'y avait pas décelé un autre univers.

Lucien Hervé pénètre dans ce qu'il voit jusqu'à la trame pour nous offrir
d'autres images, d'autres visions.

Durant des années, il a exalté l'œuvre de l'architecte, surtout celles de Le
Corbusier qu'il rencontre un jour de 1949. Pas une exposition, pas un ouvrage sur ce dernier n'oublie de réserver une place d'honneur à Lucien Hervé, son "miroir" pendant plus de quinze ans.


Mains de Le Corbusier 1951



Le Corbusier , Marseille 1951


Marseille 1949

Les clichés de Lucien Hervé ont donc quitté très vite le domaine de la
photographie d'architecture, laquelle totalement minorée, pour devenir très
vite des œuvres d'art à part entière.




abbaye cistérienne du Thoronet




Chapelle de Ronchamp, architecte Le Corbusier







Mais s'il exalte souvent l'architecte, il est capable aussi de révéler chez
celui-ci des faiblesses
"Le rôle d'une photographie, dit-il, est aussi de dénoncer des faiblesses,
parfois chez les plus grands" Et d'ajouter "Je pressentais en photographiant la cathédrale de Brasilia ce que l'on pouvait faire pour l'enlaidir. Et aussi bon que soit Oscar Niemeyer, je sentais en lui la possibilité de faire du Saint-Sulpice, alors même que la structure de la cathédrale était magnifique et se suffisait à elle-même. Le fait d'accepter d'ajouter à cette église des
vitraux coloriés lui ajoutait quelque chose de décadent".


Brasilia, architecte Oscar Niemeyer

Un autre aspect du travail de Lucien Hervé : l'homme de la rue. Il a toujours
voulu préserver la présence humaine qui le fait s'intéresser à "tous ceux qui
luttent pour la vie". C'est dans cet état d'esprit qu'ont été réalisés deux de
ses photographies les plus émouvantes. La première, prise à Dehli en 1955,
montre un enfant esclave. Une grande partie du cliché est dans l'ombre de façon à dissimuler son visage et à insister sur ses pieds nus.



La seconde, prise en 1949 à la Cité radieuse de Marseille, souligne la condition ouvrière. Ce cliché ne montre que l'ombre portée d'un ouvrier qui gravite un escalier portant à bout de bras un seau de ciment.




"Je m'intéresse aux rapports humains. Je photographie lorsque je sens une
injustice contre l'homme ou lorsque celui-ci se retrouve seul contre son
entourage.
"Texte de présentation de l'exposition du Civa, centre International pour la Ville, l’Architecture et le Paysage."


En Inde


bord de Seine 1947


Cyclistes 1948









Paris de ma fenêtre 1948









Quelques autres clichés:



Métro 1953




Observatoire de Jaipur,Rajasthan, Inde 1955


Institut du Monde Arabe, 1988

La Tour Eiffel vue par Lucien Hervé




















_________________
Revenir en haut Aller en bas
 

Lucien Hervé, l'oeil de l'architecte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» HERVE 2 ans
» [Luminaires] KOSTKA by Kossi AGUESSY & Hervé LANGLAIS
» Oeil exorbite
» combattant ac oeil blanc?
» Lapine : nez et oeil qui coule

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale :: -