Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale

Tout sur la gastronomie, l'histoire, l'actualité, les voyages en Europe Centrale et en Europe Orientale.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un de mes préférés... J'espčre que vous comprendrez aussi !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Un de mes préférés... J'espčre que vous comprendrez aussi !   19.02.07 14:48

Quelque part, sur le forum je vous ai promis une démonstration de la pauvreté en Hongrie d'entre-deux-guerres...
Je vous montre un počme de József Attila en hongrois, mais cette fois-ci je vous donne la traductoin que j'ai trouvée dans le nouveau livre (dont on a déjŕ parlé) qui s'intitule:

Aimez-moi

Voici l'original:

József Attila

MONDD, MIT ÉRLEL...



Mondd, mit érlel annak a sorsa,
akinek nem jut kapanyél;
kinek bajszán nem billeg morzsa,
ki setét gondok közt henyél;
ültetne krumplit harmadába
s nincs szabad föld egy kapa se,
s csomókban hull a hajaszála
s nem veszi észre maga se?

Mondd, mit érlel annak a sorsa,
akinek öt holdja terem;
lompos tyúkja kárál a torsra
s gondjai fészke a verem;
s igája nem zörög, sem ökre
nem bőg elnyújtva - nincs neki -
s mélyéről párolog a bögre,
ha kis családját eteti?

Mondd, mit érlel annak a sorsa,
ki maga él, maga keres;
levesének nincs sava-borsa,
hitelt nem ád a fűszeres;
egy tört széke van, hogy begyújtson,
repedt kályháján macska ül,
ritmust lóbál az ajtókulcson,
néz, néz, s lefekszik egyedül?

Mondd, mit érlel annak a sorsa,
ki családjáért dolgozik;
veszekszenek, kié a torzsa,
és csak a nagy lány néz mozit;
a nő mindíg mos - lucsok holtja -
szájíze mint a főzelék
s a szigor a lámpát ha eloltja,
csend fülel, motoz a setét?

Mondd, mit érlel annak a sorsa,
ki a gyár körül őgyeleg;
helyén a kapszlit nő kapdossa
s elfakult fejű kisgyerek;
s a palánkon hiába néz át,
hiába cipel kosarat,
szatyrot, - ha elalszik, fölrázzák
s lebukik, hogyha fosztogat?

Mondd, mit érlel annak a sorsa,
ki sót mér, krumplit, kenyeret,
hozomra, újságpapirosba
s nem söpri le a mérleget;
s ritkás fény közt morogva rámol
- az adó hosszú, nagy a bér -
s mi haszna sincs, hiába számol
többet a petróleumért?

S mondd, mit érlel annak a sorsa,
ki költő s fél és így dalol;
felesége a padlót mossa
s ő másolás után lohol;
neve, ha van, csak áruvédjegy,
mint akármely mosóporé,
s élete, ha van élte még egy,
a proletár utókoré?!

1932. janvier.

Traduction par les auteurs du livre dont je vous parle plus haut, Aimez-moi


DIS-MOI QUEL SERA LE SORT...


Dis-moi quel sera le sort de celui
Qui n'a pas męme un manche de pioche?
Sur son chemin le souci le poursuit,
Jamais sur sa langue un brin de brioche.
Il voudrait planter des pommes de terre
Mais de terrain libre il n'est plos un pouce.
Ses cheveux s'en vont par mčches entičres,
Lui ne voit rien du destin qui le pousse.

Dis-moi quel sera le sort de celui
Qui n'a que cunq arpents pour ses emblaves?
Son coq décharné racle des débris
Et seuls les soucis nichent dans sa cave.
Son joug se tait, on n'entend point ses boeuf,
Comme il n'en a point, plus de meuglement,
Seul le fond du plat fume encore un peu
Lorsqu'il fait manger son petit enfant.

Dis-moi quel sera le sort de celui
Gagnant pour lui seul sa vie de maudit?
Point de fumet dans la soup qui cuit,
Et l'épicier ne fait plus de crédit.
Pour se chauffer il n'a que son vieux sičge.
Un chat s'étend sur son poęle ébréché.
Avec sa clef il invente un solfčge,
L'oeil amer et seul il va se choucher.

Dis-moi quel sera le sort de celui
Qui pour nourrir les siens toujours travaille?
Seul l'aînée file au ciné la nuit.
Pour un trognon, chez lui l'on se chamaille.
A laver sans fin, la femme s'éreinte,
Un relent de choux demeure en sa bouche;
Le silence écoute et les ombre bougent.

Dis-moi quel sera le sort de celui
Qui tout autour de la fabrique traîne?
Lŕ, des enfants podent leur front pâli,
Une femme a pris sa place ŕ la chaîne,
Par la palissade ŕ quoi bon s'il guette,
Il a beau porter cabats ou panier,
S'il dort on le bat pour le réveiller
Et s'il maraude aussitôt on l'arręte.

Dis-moi quel sera le sort de celui
Qui pčse tout dans un mauvais papier?
Tout ŕ crédit : le pain, le sel, les fruits.
La balance, ŕ quoi bon la nettoyer?
Dans la lumičre avare, il se lamente :
Trop de loyer ŕ payer et d'împots,
Il ne gagne rien quand bien męme il tente
De majorer le pétrole un peu trop.

Et dis quel sera le sort de celui
Qui est počte et qui chante inquiet?
Il court aprčs les travaux de copie,
Sa femme lave ŕ grande eau les parquets,
Son nom ce n'est qu'un sceau sans importance
Tels ceux qu'on voit aux produits d'entretiens.
Mais s'il vit un jour une autre existence,
Elle appartient aux temps prolétariens !

Avouez que c'est plus qu'émouvant... Ca laisse ŕ réfléchir, quand nous-nous lamentons ŕ cause des p'tites bricoles qui nous arrivent tous les jours!

Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
 
Un de mes préférés... J'espčre que vous comprendrez aussi !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» frisbee choix
» 121 Montreuil - Villemomble
» labrador noir 5 ans BDR
» Que pensez vous de la marque Khyam ?
» 77 - LES PROTEGES DU REFUGE PAS SI BETES de CUTRELLES (77) VOUS SOLLICITENT...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale :: Ouvrages et auteurs-
Sauter vers: