Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale

Tout sur la gastronomie, l'histoire, l'actualité, les voyages en Europe Centrale et en Europe Orientale.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le grand guide de la Hongrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Le grand guide de la Hongrie   21.12.06 22:53

Le grand guide de la Hongrie

Histoire et société

Il n’y a aucune commune mesure entre la Hongrie et la population hongroise actuelle, et ce qu’elle était autrefois. Cernée de frontières naturelles, la vaste plaine fertile qui constituait le pays dans les temps reculés servait de territoire à un grand nombre de tribus avant que les Magyars y trouvent refuges en l’an 896.

Cette date marque la naissance de la Hongrie proprement dite, dont l’histoire relativement brève n’en est que plus dense. Pour s’imposer comme nation indépendante, à la fois entre l’Europe de l’Est et l’Europe de l’Ouest et au milieu des Balkans, elle n’avait qu’un moyen : pratiquer une politique étrangère habile, ce qui malheureusement ne fut pas toujours le cas.

En l’an 1001, la Hongrie est officiellement, et avec la bénédiction du pape, élevée au rang de royaume, et par la suite elle a servi de bastion à l’Europe occidentale : cependant, dès que survenaient des périodes difficiles, elle restait livrée à ses seules forces. En outre, des troubles internes entre de puissants magnats, des nobles, des rois et toute une horde de politiques ambitieux se chargèrent souvent de l’affaiblir.

Sans cesse ballottée par les remous de l’histoire, elle réussit périodiquement à s’épanouir jusqu’à l’opulence, une opulence démesurée que lui envièrent ses voisins. Ainsi, sous leroi Louis Ier d’Anjou, le royaume s’étendait de l’Adriatique à la mer Noire et, au nord, il atteignait la mer Baltique. En revanche, après la Première Guerre mondiale, les trois cinquièmes du territoire furent partagés entre la Roumanie, la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie, et bien entendu le pays perdit également les trois cinquièmes de sa population d’avant guerre.

Malgré son histoire agitée, le peuple hongrois a su conserver sa gentillesse et son sens de l’humour, sa tolérance et sa sérénité. Durant les époques de tempête, il attend placidement le retour du doux zéphyr. Plutôt qu’un amour aveugle pour un petit coin de terre, son patriotisme se définit par un idéal inconcevable et peut-être aussi inaccessible

Dans son serment de fidélité paru à Pest en 1847 et intitulé Je suis hongrois, Sándor Petőfi, le grand poète populaire, décrit en quelques phrases émouvantes ces qualités qui font le parfait Hongrois – mélange de courtoisie et sentiment chevaleresque, d’esprit, de charme et de mélancolie… :


Je suis hongrois ! Profonde est ma nature,
Comme le sont les notes graves de nos violons.
Si parfois un léger sourire détend mes lèvres,
Jamais je ne m’abandonne au fou rire.
Le plaisir suprême qui se lit dans mes yeux brillants
S’accompagne souvent d’une larme silencieuse.
Avec sérénité, je supporte toute peine
Et ne veux pas, surtout pas ; que l’on me plaigne.


Source : « Le grand guide de la Hongrie », édition Gallimard, 1989.

Je continuerai vous faire connaître cet ouvrage qui, bien qu’assez ancien et parfois dépassé, donne une image assez fidèle de la Hongrie et des ses habitants… Même si je ne suis pas, personnellement, toujours d’accord avec l’opinion de ses auteurs !




Epoque Anjou




La Hongrie aujourd'hui...



Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !


Dernière édition par Elöd le 23.12.06 19:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Je continue...   22.12.06 21:20

Je continue donc...

Premières pages d’histoire

Quantité de tribus occupaient le futur territoire hongrois, bien avant que les Magyars s’y installent. Grâce à leurs trouvailles et au carbone 14, les archéologues ont réussi à prouvé que la présence de l’homme en Hongrie remontait approximativement à 500.000 ans avant J.-C.

Lorsque, vers 35 av. J.-C. les Romains arrivèrent à l’ouest du Danube, le pays était habité par les Illyriens, appelés Pannons, les Thraces, les Iazyges, les Scythes et les Celtes, entre autres. En l’an 14 av. J.-C., la Transdanubie fut officiellement annexée à l’empire romain sous le nom de Pannonie.



Pannonia



Source : http://www.geo.vu.nl/users/reini/Elte/

En l’an 6 apr. J.-C., les Pannoniens, excédés les levées de troupes et les taxes excessives, s’unirent aux Dalmatiens pour fomenter une rébellion ; il fallut trois ans aux Romains pour l’écraser. Tibère sut tirer la leçon de cette résistance acharnée ; il fit ériger des bastions et fonda des municipae, villes indépendantes, telle Scarbantia (Sopron), Sopianae (Pécs), Aquincum (Buda) et Arrabona (Győr), pour ne citer que les principales.

Mais l’empire romain chancelait sous les coups des invasions barbares. Il avait épuisé ses forces humaines et financières. Lorsque les Huns atteignirent le bassin du Danube au cours de la seconde moitié du IV-e siècle, les Romains, rebutés par les obstacles que représentaient la largeur du fleuve et le massif des Carpates, n’avaient pas fait un pas vers l’est.



Pannonia à l’époque des Romains


Puis les Huns tombèrent en décadence et s’effondrèrent à leur tour ; La Transdanubie et la Grande Plaine, la Nagyalföld ( région située à l’est du Danube ) furent occupées par les peuplades barbares les plus diverses ; Avars, Ostrogoths, Slaves, Bulgares et plusieurs tribus franques. L’heure des Magyars n’allait pas tarder à sonner.




Chevalier magyar de l’époque de l’arrivée à Pannonie Tableau de Feszty Árpàd


La polémique agite toujours les milieux universitaires au sujet de l’origine exacte du peuple hongrois. Il est rare de pouvoir se fier aux chroniques, souvent rédigées plusieurs siècles après les événements. Certaines font des Avars les ancêtres des Hongrois, d’autres parlent de tribus turques. Les dérivations les plus répandues du terme « hongrois » rappellent l’époque à laquelle les Magyars étaient vraisemblablement unis à une association tribale turque portant le nom d’Onogure. Le terme « magyar » apparaît pour la première fois au début du IXe siècle.


Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !


Dernière édition par le 05.01.07 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   24.12.06 16:38

Au cours du XIXe siècle, le linguiste hongrois Antal Reguly étudia la langue des tribus établies à proximité de l’Oural, au centre de la Russie. Il fut suivi par plusieurs générations de linguistes et une pléiade de savants, archéologues, ethnographes, ethnobiologistes, et anthropologues. A présent, fort de cent trente années de travaux, on peut conclure que les Hongrois appartiennent à une peuplade qui vécut longtemps dans la région de l’Oural et parlait le finno-ougrien.

Cette communauté finit par se dissoudre au cours du IIIe millénaire et un groupe de tribus émigra vers l’ouest. Vers 600 apr. J.C., ce groupe semble s’être composé de sept tribus qui vivaient entre le Danube, le Don et la mer Noire et s’étaient intégrées au puissant kaganat khazar.



Le fleuve Don

Les Magyars rendirent d’importants services aux Khazars sur le plan militaire, et, en compensation, ils jouissaient d’un statut spécial. Le « kagan » choisit ( ou agréa ) un grand chef qui devint une sorte de figure de proue ( « kende » ), tandis que les tribus purent choisir elles-mêmes leur guide ( le « gyula » ). Néanmoins, la situation commença à se gâter lorsque les Magyars refusèrent d’aider le kagan à réprimer une insurrection et allèrent même jusqu’à accorder l’asile aux rebelles en fuite. Persuadés que le kagan se vengerait un jour ou l’autre, ils se mirent à la recherche d’une nouvelle patrie et partirent vers l’ouest.

source: La grand guide de la Hongrie, éd. Gallimard




Les avars à l'époque de l'invasion magyar

Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   25.12.06 0:11

LA GRANDE PLAINE




La « Nagyalföld »


Au cours de leurs chevauchées militaires au services de divers monarques européens, les Magyars eurent souvent l’occasion de traverser la Grande Plaine ; ils furent séduits par un sol fertile et par la présence de la couronne montagneuse des Carpates qui formait une protection naturelle, car la vie dans la steppe ouverte à tous vents était un danger perpétuel.




Elle est quand-même belle, la steppe, non ?


A l’est, après avoir creuser un brèche dans le royaume de plus en plus faible des Khazars, une puissante tribu turque, les Petchenègues, menaçait les lignes arrières des Magyars, faibles aussi.
Le "gyula" Árpàd (tiens, ça me dit quelque chose !) Razz décida donc emmener son peuple vers l’ouest, de l’autre coté des Carpates.
Au printemps de l’année 895, il franchit le col de Verecke, et l’année suivante les rescapés de la longue marche se blottirent dans la relative sécurité de la Grande Plaine.




Vereckei hàgó, ezer éves emléktàbla ( mémorial de mille ans )


Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Je continue, si vous voulez bien !   25.12.06 2:04

La nouvelle patrie des Magyars était occupée par quelques dizaines de milliers d’individus seulement, un mélange de Slaves, de Bulgares, de Avars et de Francs. Après avoir y établi leurs troupes, les cavaliers magyars tracèrent les frontières de leur territoire, à l’ouest du Danube. Les Hongrois appellent cette période « l’aventure », mais les chroniqueurs semblaient d’un avis différent. Car les envahisseurs orientaux pillèrent l’Italie du Nord et la Bavière.
Le monde occidental fit une ultime tentative pour se libérer de ce fléau venu de l’est, mais il subit une défaite pitoyable le 4. juillet 907, à la bataille de Bresalauspurc ( l’actuelle Bratislava, Pozsony en hongrois ).


Lechfeld, près de l’Augsbourg




La bataille d’Augsbourg


Les Magyars n’étaient pas pour autant invincibles Après les avoir assoupi et retardés à coups de tributs, Henri l’Oiseleur leva une division des cavaliers armée jusqu’au dents et les vainquit en 933. En 995, les armées de l’empereur Otton 1er remportèrent une nouvelle victoire sur les Magyars à Lechfeld, près d’Augsbourg, laquelle cette fois se révéla décisive. Les « barbares » mirent fin à leurs incursions répétées. Ce succès valut à Otton 1er le surnom « le Grand »





Otton 1er




La royaume de la Hongrie dans l’Europe de l’époque…


Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !


Dernière édition par Elöd le 25.12.06 4:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   25.12.06 4:34

Boudiou, quel boulot que j'ai commencé ! Razz

Mais comme j'adore l'histoire en général et l'histoire de la Hongrie en particulier, je m'y attelle et je persévère!

Vous n'avez pas de chance... Crying or Very sad
Vous allez subir toute l'histoire magyare! lol!

Désolée... pale C'est mon cadeau pour le nouvel an ! king queen

Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   27.12.06 15:26

La défaite de Lechfeld ne fut pas un hasard : l’ardeur des cavaliers s’était émoussée sous l’effet d’un sentiment de supériorité excessive. Aussi les magyars se virent-ils acculés à un choix crucial : fonder un Etat homogène et solidaire ou disparaître, comme les Huns. En 972, Géza, petit-fils de Árpàd, prit le pouvoir.



Géza, petit-fils d’Arpàd


Pour lui, l’alternative était claire : intégration ou disparition. L’Eglise d’Orient et l’Eglise d’Occident se mirent à faire les yeux doux à ces alliés possibles. Géza décida de se tourner vers Rome et fit baptiser toute sa famille en 975. En 976, son Fils Etienne épousa [Gisèle de Bavière[/b], fille d’Henri II, futur empereur du Saint-Empire.




Henri II de Bavière, Impereur de Sainr-Empire



Son emblème


Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   27.12.06 22:39

La conversion


C’est ainsi que Géza réussit, avec un minimum de contrainte, à rapprocher de la foi chrétienne une grande partie de ses sujets. Son fils, {b]Etienne, ( Szent Istvàn )[/b] homme pragmatique et fidèle de la nouvelle foi, poursuivit la politique de conversion de son père. IL reçut le prénom de l’évêque de Passau, et l’évêque Adalberg de Prague devint son professeur et son mentor. Etienne essaya de rattacher la Hongrie au monde occidental. En l’an 1000, il envoya des légats à Rome pour négocier la reconnaissance du « royaume hongrois », et au début de l’année suivante il fut couronné roi. Il choisit pour résidence la ville de Gran, aujourd’hui Esztergom.



Szent Istvàn kiràly (Saint Etienne, premier roi de Hongrie)



La ville d'Esztergom, au virage du Danube

Cependant le paganisme survivait dans de vastes régions, et les Árpàd, qui formaient une grande famille, ne suivaient pas tous l’exemple d’Etienne. Kopàny, prince de Somogy (au sud du lac Balaton lança un défi au futur roi. En 997 ; Etienne vainquit son rival avec l’aide des cavaliers bavarois de son beau-père, aux environs de Veszprém. Il fit écarteler le cadavre de Koppàny et envoyer sa tête à son oncle Gyula le Querelleur, qui saisit aussitôt le sens de ce macabre message. Brrr, gentil, ce cher saint, non ??
Par la suite, Etienne (le saint) confisqua les propriétés de son rival et fit arrêter toute sa famille.

Le prince Ajtony aussi était un adversaire farouche du catholicisme et d’Etienne, mais, selon la légende, saint Georges révéla à Csanàd, général d’Istvàn,
L’endroit et l’heure auxquels il devait l’attaquer ; c’est ainsi qu’il sauva la nation hongrois

Je continuerai après les fêtes, Bonne Année !

B.U.É.K. !!!
Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   01.01.07 18:58



La corne de Lehel (en ivoire), orgueil du musée de Jàszberény

L’Etat hongrois


Etienne Ier ne se contenta pas d’asseoir son pouvoir ; il donna aussi à la Hongrie les fondements de sa législation. Il organisa un réseau d’évêchés et confirma l’ordre social.




Elöd I love you

Je continue, n'ayez pas peur ! lol!

Les magnats, successeurs des premiers chef de tribus hongrois, formaient un ordre privilégié ; il possédaient souvent d’immenses domaines st devaient au roi fidélité et service militaire. Ils formèrent une assemblé qui avait vocation de conseil, plutôt que que de gouvernement.
Une autre classe, constituée de nobles privilégiés, servait également dans l’armée ; mais la plupart ne possédaient pas de terres.

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Je continue donc...   02.01.07 18:49



Les sept chefs des tribus magyares


Etienne Ier découpa le pays en comitats (comtés) dont le gouvernement siégeait dans les forteresses (vàr ). Ces institutions subsistent encore pour l’essentiel. Les représentants de chaque comitat percevaient les impôts de la population « non libre », c'est-à-dire des paysans pauvres, et commandaient une petite armée d’hommes libres.



Le légendaire oiseau de Turul


A l’exception d’une tentative de Conrad II en 1030 pour faire de la Hongrie un vassal de l’empire, le règne d’Etienne Ier fut plutôt pacifique. Son fils unique, Imre mourut dans un accident de chasse en 1031. Comme il soupçonnait son cousin Vasoly (Vazul) d’adhérer secrètement au paganisme, il choisit son neveu Péter comme successeur.



L’enterrement d’Imre et la crevaison des yeux de Vasul… A coté du cercueil on voit Istvàn et sa femme Gizella


Il va de soi que Vazul (Vasoly) prit ombrage de cette décision. Essaya-t-il d’assassiner le roi ? C’est fort possible. Quoi qu’il en soit, pour assurer sa sécurité, Etienne lui fait crever les yeux et verser du plomb fondu dans les oreilles, et il bannit ses trois fils. (NDP : J’adore ce « pacifisme… » Grrrrrrrrrrrrr…)



L’aveuglement de Vazul par Istvàn

Je continue, si ça vous intéresse, plus tard !

Source: "Le grand guide de la Hongrie", éd. Gallimard

Elöd :heart :

P.S. Cf: "Fülembe forró ólmot öntsetek,
Vagyok az ùj, az énekes Vazul" (Ady Endre)

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Lucuts
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 1023
Age : 70
Localisation : Cluny 71 F. Comarnic PH. Ro.
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   02.01.07 21:04

SVP : réduisez les quelques photos trop grandes (la marquèterie entr'autre), le sujet (qui promet d'être passionnant) sera plus lisible pour tous ! Merci bien
Revenir en haut Aller en bas
http://marechal-senegal.net/
olahus
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 2381
Localisation : Bucarest, Roumanie
Date d'inscription : 21/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   03.01.07 13:13

Elöd a écrit:


Les sept chefs des tribus magyares

Et voila Elod avec sa casquette en os rendeer

ps: d'accord avec Luc, certaines photos seraient meilleures reduites -pas celle ci, bien sur.
Revenir en haut Aller en bas
http://surpriseroumaine.blogspot.com/
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   07.01.07 17:50

La mort d’Etienne Ier en 1038 fut suivie de cinquante années orageuses. Péter se révéla un bon à rien, et il ne tarda pas à être renversé par le beau-père d’Etienne Ier , Samuel Aba. L’empereur Henri III sauta sur l’occasion pour voler au secours de Péter en échange d’un fief. De leur coté, les fils de Vasoly (Vazul) reparurent et exigèrent la part qui leur revenait de droit. Pendant ce temps, les puissantes tribus de l’Est – Petchenègues, Coumans et Ouzes – tentèrent elles aussi d’annexer le royaume affaibli.

Ce fut Làszlo Ier (1077-195) qui hérita de la mission difficile de reconstruire le royaume. La lutte qui opposait alors les papes et le Saint-Empire romain germanique lui permit de jouer sur les deux tableaux.



Elsö Làszlo (Ladislas Ier)

Pour les papes, l’église de Hongrie représentait la "tare orientale", mais ils craignaient tellement de nouveaux ennemis qu’ils étaient prêts à s’en accommoder et à fermer les yeux devant sa soumission au roi. Ils canonisèrent ses premiers saints, parmi lesquels le roi Etienne Ier. D’autre part, Làszlo Ier mena une politique extérieure énergique ; Il pénétra jusqu’en Transylvanie et en Croatie et écrasa les Coumans.



Trésor de Croatie au Moyen-age

Elöd I love you

P.S. Un grand merci à Töhötöm pour son aide précieuse! Very Happy

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   08.01.07 18:25

Bien qu’il eût promis le trône à son neveu Almos, jeune homme d’une tempérament bouillant, Làszlo Ier finit par appeler Kàlmàn, homme d’un certain âge déjà, affligé d’une bosse dans le dos et qui voulait devenir prêtre. Kàlmàn fit aussitôt arrêter Almos et son fils Béla, et, pour avoir la paix, il leur fit crever les yeux. (NDP : C’est une manie, j’vous jure, chez ces gentils rois particulièrement pacifiques… Que c’est joli, les fratricides et les infanticides, qu’on va encore rencontrer assez souvent en lisant l’histoire de ce beau pays que la Hongrie ! Sad Sad



Könyves Kàlmàn (King Coloman, le Bibliophile)

sur son trône.


Kàlmàn, surnommé Könyves (littéralement : le Bibliophile) à cause de sa passion pour la lecture, veilla avant tout à se mettre en bons termes avec ses voisins. Il épousa la fille de Roger de Sicile, et donna sa cousine, la fille de Làszlo Ier, en mariage à l’héritier du trône byzantin pour s’assurer des alliés sur les deux flancs de son pays. Il fit également en sorte que les chevaliers de Godefroy de Bouillon ne se comportent pas comme en territoire conquis lorsqu’ils traversèrent le pays au cours de la première croisade. En outre, il poursuivit l’extension de la Hongrie en Dalmatie et en Bosnie.




Godefroy de Bouillon

Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   11.01.07 16:38

LES ÁRPÁD ET LES ANJOU


Au Moyen Age, la Hongrie était déjà un pays relativement vaste, peuplé d’habitants venus de tous les coins du monde. Outre les autochtones, Slaves, Magyars et Iazyges (autre tribu de Magyars qui s’était établie dans le bassin des Carpates avant 896), des Européens de l’ouest avaient aussi abandonné leurs pays surpeuplés pour s’installer dans les plaines fertiles de la Hongrie. Nombreux furent les Germains (appelés généralement et à tort « Saxons ») qui vinrent s’établir en Transylvanie, où ils purent mettre à profit leurs qualités d’architectes, de bâtisseurs et d’urbanistes. Ils furet traités en hommes libres et jouirent de la protection royale.

source : www.keresztur.ro/tor.htm.
Eglise à Keresztùr en 1333

La magnanimité des rois de Hongrie de l’époque peut paraître assez étrange. Mais la politique colonisatrice de la Hongrie s’est appuyée sur deux réflexions : d’une part, dans ses Exhortations à son fils, petit ouvrage dans lequel il explique la conception du gouvernement de l’Etat, saint Etienne disait clairement ceci :
» Les hôtes et les étrangers sont très utiles ; ils apportent avec eux des valeurs et des coutumes nouvelles, des armes et du savoir qui enrichissent et embellissent la cour royale et qui effraient les adversaires pleins de morgue et de superbe. »
D’autre part, cette invitation constante faite aux étrangers à venir s’installer dans le royaume s’appuyait sur un motif moins apparent ; d’après d’anciennes lois tribales, le pouvoir appartenait à celui dont le pays possédait la plus importante population active. Aussi le roi avait-il tout intérêt à entretenir de vastes domaines et un grand nombre de travailleurs chargés de les gérer et de produire des bénéfices.




Le premier roi hongrois




La Place des Héros avec le monument de « millénaire » Sont présents – entre autres – les sept chefs des tribus hongroises et quelques rois de la dynastie d’Árpàd


Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Kakadu
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 106
Age : 36
Localisation : L'esprit en Hongrie et le corps bientot à Marseille
Date d'inscription : 04/05/2006

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   11.01.07 23:17

[quote="olahus"]
Elöd a écrit:


Les sept chefs des tribus magyares

Coucou ,

en voyant cette photo, ca m'a rappelé le film Magyar Vandor, d'ou elle est tirée. J'ai bien rigolé en le regardant, même si je n'ai rien compris à ce qu'ils disaient. En revanche j'ai pu imaginer ce qu'ils racontaient et j'ai vu un peu plus de l'histoire de la Hongrie. Il faudrait que je lise tout ce qu'il y a au dessus, mais pas ce soir. En plus mon chouchou sera surement très content de le lire aussi, parce que lui, c'est un fana de son Histoire.

Merci pour tout le travail fait. Il en faut du courage. Mais quand on aime ca!!!! Smile

Nagy puszi et à bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   14.01.07 18:44

Période de détente

Tant que le roi pratiqua une politique extérieure efficace et qu’il fit preuve d’énergie face aux magnats et à la noblesse, la Hongrie demeura un pays uni. Dans le cas contraire, les propriétaires terriens mettaient à profit la faiblesse des monarques pour accroître leur propre pouvoir.
Malheureusement, les querelles de famille coûtaient au roi beaucoup de temps et d’énergie : oncles, neveux et frères ne cessaient de se disputer le trône.

L’histoire hongroise a retenu le règne de Béla III (1172-1196) comme un âge d’or. Béla III avait passé son enfance à Constantinople. Ferme et sévère de nature, il n’avait pourtant rien d’un tyran. Sous sa sage houlette, l’Etat continua de s’organiser : il mit de l’ordre dans les finances, garda le contrôle sur les magnats et sur les nobles et mena une politique extérieure pertinente




Harmadik Béla (Béla III.)


La double croix byzantine vint ajouter à l’emblème hongrois, et le roi assoupit la mainmise du trône sur l’Eglise.




A bizànci Kereszt (La croix byzantine)

Il épousa tout d’abord Anne de Châtillon, qui était alliée au royaume, et en seconde noce Marguerite Capet, veuve de l’héritier du trône d’Angleterre.




Marguerite Capet



Châtillon sur Loire




La fondation de l’abbaye de saint Gothard par Béla III

Et je continue dans les jours qui viennent, c’est promis… D’autant plus, qu’arrive l’invasion des tatars !

Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   16.01.07 13:47

LA BULLE D’OR


Il ne fallut que quelques années aux successeurs de Béla III pour mener le pays au bord de la ruine. Andràs (André)II, par exemple, passa la plus grande partie de son règne à mener l’existence oisive, belliqueuse et adonnée aux plaisirs d’un roi fainéant ». IL attribua aux chevaliers et aux nobles des propriétés qui revenaient à la couronne, augmenta les impôts et les taxes, concéda la terre et distribua des privilèges aux plus offrants. Ce fut l’époque dorée du favoritisme, mais cette situation désastreuse pour l’Etat finit par se gâter lorsque ceux qui n’en profitaient pas, les magnats insatisfaits, les nobles expropriés, les hommes libres qui servaient dans l’armée, et finalement l’Eglise, se rebellèrent. En 1222, André se voit obligé de donner son adhésion à la « bulle d’Or », charte qui définissait les droits de l’aristocratie et ses rapports avec le monarque.




Màsodik Andràs (André II)




La bulle d’Or


C’est ainsi que les nobles acquirent le droit de s’opposer aux actions et décisions du roi quand ils les jugeaient illégales. A partir de ce moment, l’aristocratie ne fut plus obligée de participer aux guerres qui se déroulaient au-delà des frontières.
Les effets de la bulle d’Or ne se limitèrent pas au présent : désormais, tous les rois de Hongrie durent lui prêter serment au moment de monter sur le trône. Elle permit la construction d’une solide classe d’homme libres et de nobles qui allait jouer un rôle éminent dans la vie politique. Néanmoins, la bulle se révéla incapable de rétablir l’ordre établi par Béla III




La statue du « chroniqueur anonyme » (Anonymus) dans le « Bois de Ville » (Vàrosliget) à Pest


Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Tatàrjàràs   18.01.07 10:12

Et enfin

LE TATÁRJÁRÁS !! (Les Mongols)


La nouvelle d’une invasion mongole dans les steppes russes commença à filtrer à l’ouest vers 1220, par l’intermédiaire des fugitifs Russes et Coumans. Tout en sachant pertinemment ce qui l’attendait, Negyedik Béla ( Béla IV.) (1235-1270) se prépara à la résistance. Les [b]Coumans lui offrirent 40 000 cavaliers, et il espéra que les puissance occidentales et le pape seraient en mesure de lui en fournir davantage encore avant le déferlement de la « horde d’Or » .

Cependant, au lieu de former un front uni contre l’envahisseur oriental, l’Europe s’émietta. L’empereur Frédéric (Ferdinànd) II essaya mollement der former une armée unie, mais ses desseins furent contrecarrés par le pape Grégoire IX. (Kilencedik Gergely pàpa).




Le pape Grégoire VIII.. (je n’ai pas trouvé l’image du Grégoire IX… mais ils se ressemblent comme deux œufs, donc je crois que ce n’est pas grave !)


Aux yeux de ce dernier, l’Antéchrist n’était pas le générale mongol Batu Khan, mais l’Empereur lui-même ! (CAD Ferdinand…)





Batu Khan





Ferdinand




Invasion mongole (tatar) en Hongrie


Sur ses entrefaits, une guerre civile éclata chez les Coumans ( Tiens, je ne savais pas ça ! NDP )
En l’an 1241 les Mongols ( communément appelés Tatàrs en Hongrie ) attaquèrent à cinq endroits différents..




Tatàrjàràs (Invasion mongole)



Le 9 avril, Henri II, duc de Basse-Silésie, suivi de 10.000 chevaliers, se jeta contre eux dans une batailles suicidaire, à Liegnitz. Deux jours plus tard, une armée hongroise fut exterminée à MUHI au confluant de la Hernad et du Sajó Le roi s’enfuit vers l’ouest en franchissant le Danube ; quant aux Mongols, ils attendirent pour l’imiter que le fleuve fût pris par les glaces, en février 1242




Negyedik Béla (Béla IV.)


Je continuerai un peu plus tard… C’est un évènement très important dans l’histoire de la Hongrie !




IV. Béla

Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Suite   20.01.07 13:07

(Invasion des Tatàrs, suite)

Ils [les Mongols] poursuivirent alors leurs mis en sac, n’épargnant que les places fortes inaccessibles, telle Pannonhalma et Székesfehérvár, protégée par des marécages. Bien des régions moins favorisées furent saccagées et vidées de leurs habitants.

Capturer le roi de Hongrie, tel était l’objectif des envahisseurs, car les lois de la guerre (auxquelles la Hongrie aussi était soumise) précisaient qu’un pays n’était véritablement vaincu que lorsque son roi avait été fait prisonnier. C’est la raison pour laquelle Béla IV avait été conduit sur une île, le long de la côte dalmatienne.

En 1242, les Mongols disparurent aussi vite qu’ils étaient arrivés. Après la mort de leur chef, le khan Ögödei, le général Batu (Batou, en fr.) se vit forcer de repartir vers l’est pour régler la question de la succession. A ce moment-là, personne ne se doutait que les Mongols ne reviendraient plus jamais, et l’on voulait surtout ne pas prendre de risque. Béla IV se lança dans une vaste opération de fortification. Pest, entièrement détruite en 1241, fut reconstruite sur les collines de la rive occidentale du Danube, là où se trouve actuellement Buda.



La reconstruction de Pest en 1241-42


En même temps Frédéric d’Autriche, tablant sur l’effondrement de sa voisin, tenta de s’approprier des portions de sol hongrois. (Gentil, le mec, hein ! NDP)
La Hongrie ne manquera pas d’ailleurs de lui rendre la pareille plus tard. Enfin, Béla dut se résigner à faire des concession aux magnats et aux nobles.




Invasion des Mongols


Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Après l'invasion des Mongols (Tatàrs)   21.01.07 18:57

Les derniers Árpád

La Hongrie se releva, mais elle avait été abandonnée de tous; elle n’oublia jamais qu’elle avait dû lutter seule et en garda une profonde amertume. Après bien des hésitations, BélaIv finit par marier deux de ses filles à des princes ruthènes et une autre à un Polonais pour se ménager des sources d’informations et des alliés à l’Est.
Dans une lettre adressée au pape Vincent IV en 1253, il commence par déplorer l’influence croissante des païens coumans; puis il ajoute:”Pour le reste, nous avons marié notre fils aîné à une jeune Coumane, afin de protéger le christianisme et de tenter de convertir ce peuple à la religion chrétienne.”

Ce fils aîné, nommé Etienne, mourut peu de temps après avoir succédé à son père sur le trône. Puis vint Ladislas (Làszló), petit fils de [b]Béla IV, que l’on finit par couronner au terme d’une période d’intérim agitée, et qui fut l’un des rois les plus étranges de la dynastie Árpàd. Il épousa Isabelle de Naples, mais ne tarda pas à manifester une véritable passion pour la civilisation du peuple dont sa mère était originaire.
.



Une petite plante qui garde le souvenir d’Isabelle de Naples, reine de Hongrie

Il menaça de décapiter l’évêque de Hongrie, enferma sa femme, s’habilla à la manière coumane et prit une maîtresse dans cette tribu ; (J’adore les mecs comme ça, moi !) Wink
Il adopta les coutumes mongoles, au point qu’on le surnomma le Couman (Kun Làszló), avec sans doute l’approbation des magnatsEn faisant intervenir leurs amis et leur argent ou en manifestant une soumission réelle aux des exigences des grands. Il se passa ainsi sept ans, pendant lesquels les magnats mirent à l’épreuve plusieurs prétendants au trône.




Kun Làszló (Ladislas IV) roi de Hongrie



La cour de Kun Làszlo

Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !


Dernière édition par le 30.01.07 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   27.01.07 7:35

La monarchie élective

Ce meurtre sonna le glas de la dynastie des Árpàd.. Pour autant que l’on sache, Ladislas (Làszló) mourut sans héritier. Sa sœur, la reine de Naples plaça sur le trône son propre fils André III, qui n’eut qu’une fille. C’est ainsi que la branche mâle des Árpád s'éteignit en 1301. king



La reine de Naple, une femme de caractère bien fort !! queen
[img]

Harmadik Andràs, (André III), dernier roi de la dynastie Arpàd

Après l’effondrement de l’autorité centrale, lme pouvoir passa aux mains des magnats. L’heure était venu pour eux de trouver une personnalité apte à se charger des affaires de l’Etat. Mlskdviaetg mozrgvveotih , de la mettre à l’épreuve et enfin de l’élire.
A l’époque, ce système électoral était unique en Europe. Le choix était limité aux hommes ayant du sang Arpàd dans les veines et possedant un titre de noblesse et des compétences suffisantes.. De leur côté, les candidats devaient réussir à influencer les magnats en faisant intervenir leurs amis et leur argent ou en manifestant une soumission réelle aux des exigences des grands. Il se passa ainsi sept ans, pendant lesquels les magnats mirent à l’épreuve plusieurs prétendants au trône.




A suivre... [i]Mais si vous avez des observations concernant ce récit, ne vous retenez pas... Je n'attends que ça ! ! drunken scratch

Elöd I love you

Et si vous en avez marre, dites-moi franchement...Et j'arrête!

Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   30.01.07 22:34

Wenceslas de Bohême régna quatre années seulement. Otto de Bavière trois années. Ce fut, en fin de compte Charles Robert d’Anjou (Róbert Károly) qui remporta la couronne, grâce aux bons offices du pape.



Róbert Károly



Pièce d’or de Charles Robert (Musée de Ópusztaszer)


Affranchis de tout contrôle, les magnats, entre-temps, s’étaient accoutumés à divers libertés. Cela n’empêcha pas Charles 1er de leur montrer, en 1312, qui était le maître en Hongrie, et c’est lui qui centralisa le pouvoir. Il choisit lui-même ses ministres, qui furent dévoués corps et âme et ne tardèrent pas à former une classe supérieure. A partir de 1323, on cessa de convoquer le parlement, de sorte que les nobles n’avaient de comptes à rendre à personne et pouvaient administrer leurs comitats comme bon leur semblait. Ce qui les rendit encore plus indépendants qu’ils ne l’étaient.



La statue de Kàroly Róbert sur la « Place des Héros » à Budapest

Elöd I love you

_________________
Prüntyi, szeretlek !
Revenir en haut Aller en bas
Elöd
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 1444
Localisation : France
Date d'inscription : 19/09/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   31.01.07 13:22

Grâce à une législation libérale relative à l’exploitation minière et à l’introduction d’une monnaie d’or et d’argent, la Hongrie put nouer de nouvelles relations commerciales avec l’étranger. Les mines de Hongrie septentrionale et de Transylvanie fournissaient 3000 livres d’or par an, de sorte que la Hongrie devint le premier fournisseur de métal jaune d’Europe et l’une des nations européennes les plus riches. La prospérité attira des artistes, des érudits et de nouveaux colons.





Savants, alchimistes, artistes dans les cours médiévales

La majorité de ces nouveaux venus étaient des Ruthènes, des Roumains, nommés à l'époque Valaques



Les ruthènes*



Roumains*, nom aujourd'hui des:



Valaques*

*Les costumes ici montrés ne sont pas vraiment médiévaux, mais ils sont vraiment originaux !

Elöd I love you

(Source (sauf les images): Le grand guide de la Hongrie, éd. Gallimard)

_________________
Prüntyi, szeretlek !


Dernière édition par le 07.02.07 20:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lucuts
Utilisateur
Utilisateur


Nombre de messages : 1023
Age : 70
Localisation : Cluny 71 F. Comarnic PH. Ro.
Date d'inscription : 10/10/2005

MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   31.01.07 16:12

Je suis épaté par ton iconographie !
Revenir en haut Aller en bas
http://marechal-senegal.net/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le grand guide de la Hongrie   Aujourd'hui à 18:27

Revenir en haut Aller en bas
 
Le grand guide de la Hongrie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le grand guide de l'Aquarium
» [Livre] Le grand guide de l'aquarium: Eau douce, eau de mer
» Ou trouver le grand guide de l'aquarium? (livre)
» Le Grand Guide Dennerle
» vos livres aquariophile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum sur l'amitié entre les peuples d'Europe Centrale et d'Europe Orientale :: Histoire-
Sauter vers: